Gare à la satire acide de l'édition du «Carnavallon»!

Certains tremblent et d'autres salivent. Pas de doute, nous sommes bien à quelques heures de la sortie du «Carnavallon», le journal satirique du carnaval de Fleurier. Un florilège des événements qui ont eu lieu au Vallon en cours d'année, revisités par les claviers piquants et mordants des six rédacteurs. A dévorer dès demain. «Telle la grêle sur les vignes, la pluie après le beau temps, «Le Carnavallon» arrive par surprise, subrepticement, mais toujours dans le respect de l'autre», annonce le comité de rédaction du journal satirique du carnaval de Fleurier. «Mais nous sommes gentils en comparaison à ce qui se fait dans le Jura ou en Valais», précise Benoît Simon-Vermot, chargé de communication pour la manifestation. Cette troisième édition sur papier glacé se veut, selon les rédacteurs, plus bling-bling que jamais. Faux couples glamour, venue de l'équipe du Portugal à Fleurier sont, entre autres, annoncés au sommaire. Mais pour en savoir plus, il faudra attendre demain.

28 mars 2008, 12:00

«Les rédacteurs collectent des infos tout au long de l'année et les mettent de côté, pour soit rebondir, soit les réinventer», explique le porte-parole, ajoutant qu'il n'y a ni tabou, ni autocensure, mais que les limites de la sphère privée sont respectées. «Nous créons de faux couples «publics», mais jamais nous ne dévoilerons des éléments de vie privée qui ne doivent pas l'être. Nous ne pratiquons ni la calomnie, ni la diffamation et veillons à ne pas blesser quelqu'un inutilement. Nous n'attaquons les gens que sur leurs actions politiques et publiques. Nous évitons la vulgarité et conservons un certain niveau pour ne pas tomber dans le caniveau.» Jusqu'à ce jour, le journal satirique n'a eu à enregistrer aucune plainte pénale, malgré des grognements ou grincements de dents.

Tiré à 1000 exemplaires, «Le Carnavallon» s'autofinance par la publicité, les produits de la vente représentant le bénéfice. Il est disponible dans toutes les localités, sauf... à La Côte-aux-Fées, où aucun distributeur n'a pu être trouvé. /FNO