Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Et maintenant, il va falloir gouverner!

Unique candidate officielle du Parti démocrate-chrétien à la succession de Joseph Deiss, la sémillante avocate argovienne Doris Leuthard a été élue sans coup férir au Conseil fédéral. Une élection acquise au premier tour déjà.

15 juin 2006, 12:00

Charismatique, intelligente, travailleuse, Doris Leuthard n'a certes jamais siégé dans un exécutif, mais a fait la preuve de sa capacité à convaincre et à rassembler au travers de son mandat à la présidence du PDC.

C'est sous son impulsion que le parti catholique a soutenu la dépénalisation de l'avortement, la loi sur les cellules souches, le pacs ou encore l'ouverture des commerces le dimanche. Autant d'objets qui pouvaient heurter la sensibilité d'une formation qui place les valeurs chrétiennes au centre du débat.

Ces succès lui ont valu une indéniable popularité, pondérée toutefois par une certaine ambiguïté. Ainsi, en matière de fiscalité, de finances ou d'économie publique, la nouvelle conseillère fédérale se situe franchement à droite. Alors qu'elle a voté contre la privatisation de Swisscom. De même, malgré un esprit d'ouverture avéré et son humanisme chrétien, elle n'a pas hésité à soutenir le durcissement de la loi sur l'asile et affiche un scepticisme nouveau en matière d'adhésion à l'Europe...

Mais il est vrai qu'il est beaucoup plus difficile de gouverner au centre que d'afficher une idéologie nette de gauche ou de droite. Difficulté qui se double désormais de celle d'être la seule de son espèce au Conseil fédéral, donc sans allié naturel, dans une position médiane qui lui vaudra d'être très courtisée.

Or, à la différence d'un Joseph Deiss - l'homme qui ne supportait pas les conflits -, Doris Leuthard sait être à la fois décidée et chaleureuse. Un trait de caractère qui devrait lui permettre de mieux vivre l'agressivité sans précédent qui caractérise aujourd'hui les relations au sein de l'exécutif fédéral.

Si son arrivée pouvait contribuer à changer l'état d'esprit de ce collège incapable de «jouer» collectif, de former une équipe, ce serait le plus grand service qu'elle puisse rendre à la Nation! / MSa

Votre publicité ici avec IMPACT_medias