Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Entre volonté d'une nouvelle identité et monde globalisé

29 févr. 2008, 12:00

A l'occasion des commémorations du 1er Mars, le président du Conseil d'Etat Fernand Cuche (archives Christian Galley) se livre à une réflexion sur l'identité locale. Les récentes fusions de neuf communes du Val-de-Travers et de celles de Thielle-Wavre et Marin-Epagnier sont à la base du message ci-après.

«Une semaine avant la commémoration de la République en terre neuchâteloise, deux communes du district de Neuchâtel et neuf communes du Val-de-Travers créent l'événement institutionnel de ce début du 21e siècle.

Le 24 février 1848 au matin, la République est proclamée à Paris. Le 24 février 2008 en début d'après-midi, deux fusions de communes sont acceptées par une nette majorité de votants. Le Conseil d'Etat salue avec plaisir ce choix qui symbolise la capacité d'une population d'agir localement en intégrant dans sa réflexion les enjeux d'un monde globalisé.»

Au sujet de la 24e marche de la République, Fernand Cuche remarque qu'elle «se nourrit cette année d'une conversation nouvelle à la veille des élections communales; quelle sera la configuration institutionnelle du canton en 2018? Vivrons-nous par exemple une marche porteuse d'une seule commune dans l'Entre-deux-lacs, au Val-de-Ruz, à la Béroche, dans les Montagnes, avec les deux villes du Haut unifiées?»

Le président du gouvernement l'assure, «le Conseil d'Etat maintiendra son engagement pour encourager, faciliter la poursuite de cette réforme. Le Réseau urbain neuchâtelois (RUN), qui permet de rassembler, d'unir les Neuchâteloises et les Neuchâtelois, constitue l'instrument adéquat au service des populations vivant dans les régions ou l'agglomération.

Dans le processus d'une fusion, le pouvoir et l'identité constituent des enjeux importants parmi d'autres. Que vais-je devenir dans un ensemble plus grand? Que deviendra mon enracinement, mon identité, ma capacité d'agir, de décider, moi qui me sens de Thielle-Wavre, de Noiraigue, de Saint-Sulpice? A chacune, à chacun de décliner son identité. Je suis de Marin, commune de La Tène. S'affirmer ainsi ne provoquera aucune réprimande? En Espagne, vous êtes catalan, andalou ou galicien avant d'être espagnol.

Avec ce brassage accéléré et vertigineux de la mondialisation qui nous enveloppe tous, une nouvelle conception du pouvoir et de l'identité est nécessaire. Une question centrale s'impose: que voulons-nous? Etre les artisans, les acteurs de cette évolution? Le monde d'aujourd'hui donne aussi à celles et à ceux qui veulent préserver leur culture, l'enrichir, les moyens d'y parvenir.

L'enrichissement dépend de l'importance que nous accorderons à la culture. Une société qui ne reconnaît pas la force de ses créateurs s'appauvrit. Reconnaître le rôle des créateurs, c'est intégrer leurs pensées dans le discours politique.»

En guise de conclusion, Fernand Cuche se réfère à l'écrivain Amin Maalouf, dont il cite un extrait de «Les Identités meurtrières»: «Si l'on veut faire respecter et aimer la culture au sein de laquelle on a grandi, si l'on souhaite que la communauté à laquelle on appartient connaisse la liberté, la démocratie, la dignité et le bien-être, la bataille n'est pas perdue d'avance. Si l'on croit en quelque chose, si l'on porte en soi-même suffisamment de passion, suffisamment d'appétit de vivre, on peut trouver dans les ressources qu'offre le monde d'aujourd'hui les moyens de réaliser quelques-uns de nos rêves». /comm-réd

Votre publicité ici avec IMPACT_medias