Ecoles: s'adapter à la loi

08 juin 2009, 04:15

Comme les autres communes du canton, la Ville de Neuchâtel doit faire entrer dans les faits le remplacement, décidé il y a une année par le Grand Conseil, des commissions scolaires par des conseils d'établissements scolaires. Particularité de la capitale cantonale par rapport aux petites communes: le «défi» que représente l'élection des représentants des parents et des enseignants par leurs pairs, et ce sans passer par les urnes. Allait-on devoir réunir dans une même salle les quelque 2000 parents d'élèves des écoles enfantines et primaires? Le Conseil communal a imaginé d'autres moyens, qu'il défendra ce soir devant le Conseil général.

En fait, il s'agira de «mettre en œuvre une expérience de démocratie participative au travers de conseils des parents, des enseignants, voire des élèves». Le conseil des parents sera constitué de «deux délégués par collège élus à l'occasion d'assemblées réunissant les parents au niveau des trois secteurs de la ville»: ouest (Charmettes, Vauseyon, Serrières), centre (Promenade et Parcs) et nord-est (Acacias, Maladière, Crêt-du-Chêne, Chaumont). Il appartient à ce conseil d'élire les trois représentants des parents au sein du Conseil d'établissement scolaire.

L'exécutif a également prévu une élection à deux degrés pour les enseignants: ils éliront un conseil des enseignants formé des délégations de chaque collège; ce conseil élira ensuite les trois représentants (un par secteur de la ville) du corps enseignant au sein du Conseil d'établissement scolaire.

Quant à la participation des élèves, l'exécutif propose de laisser aux enseignants le soin de la mettre en œuvre, notamment en fonction de l'âge des intéressés. /jmp