Déserteur, le gigolo aux multiples casquettes joue de son statut "d'inrenvoyable"

Prévenu d'infractions aux lois sur les étrangers et sur la prostitution ainsi que de délit contre l'assurance maladie, ce demandeur d'asile débouté a joué devant le tribunal de son statut "d'inrenvoyable".

24 sept. 2014, 13:33
65503588

Vêtu comme un homme d'affaire, le prévenu s'est montré d'une courtoisie extrême face à la présidente de Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers, à Neuchâtel. Quant celle-ci lui a signifié qu'il n'était pas obligé de répondre à ses questions, le gigolo a répondu: "Je suis tout à vous, Madame." 

Le ton était donné par cet homme tantôt Algérien, tantôt Marocain, qui apparaît sous une vingtaine d'identités différentes dans les dossiers de la justice suisse. Déserteur de l'armée algérienne, installé en Suisse depuis 23 ans sans obtenir le droit d'asile, le prévenu - déjà condamné 17 fois pour diverses infractions - a précisé à l'adresse de la juge: "Je suis inrenvoyable". C'est dire s'il ne craignait pas les sanctions qui pouvait lui tomber dessus.

Ce d'autant qu'il ne risquait absolument rien du côté de l'infraction relative à la loi sur les étrangers: l'homme a déjà purgé une année de prison pour cela, soit le maximum prévu par la loi.

Restait la loi sur l'assurance maladie et la prostitution. Le vendeur de charmes s'est évertué a expliquer qu'il ne monnayait pas son corps dans le canton de Neuchâtel. La juge ne l'a pas cru parce que sa future femme a assuré qu'il vivait à Neuchâtel. "Les Neuchâteloises ne sont pas plus sages les autres", a-t-elle considéré. Le prostitué à écopé d'une amende de 400 francs pour exercice illégal de la prostitution et de 40 jours amende à 10 francs pour ne jamais avoir contracté une assurance-maladie. "Je peux payer l'amende tout de suite?" a demandé le greluchon avant de quitter le tribunal.