Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des tuyaux sur la caillasse

Les élus saisis d'un demi-million pour séparer les eaux claires et usées à La Ravine. Travaux soumis immédiatement à planification Prévue demain soir, l'adoption du Plan général d'évacuation des eaux (PGEE) de la commune de Gorgier sera invitée à passer immédiatement à la phase pratique, avec des travaux à exécuter sur la rue prédestinée de La Ravine. Les eaux s'y écoulent en effet sur de la caillasse, au travers d'un conduit dont l'exécutif soupçonne déjà le mauvais état. Il s'agira donc d'y remédier, par le vote d'un crédit de 500.000 francs.

17 mai 2006, 12:00

Le sous-sol de La Ravine est déjà bien encombré. Cependant, l'exécutif prévoit d'y poser un nouveau collecteur pour l'écoulement des eaux claires pour le raccorder au réseau de La Foulaz. Le crédit prévoit une autre conduite pour les eaux usées, au diamètre réduit par manque de place. Le canal existant actuellement sera ainsi remplacé par deux tuyaux séparant les eaux claires et usées, ainsi qu'il est de mise dans le système séparatif.

L'avantage de ces nouvelles installations? Eviter tout d'abord les risques de pollution des captages par infiltration des eaux usées dans le terrain. Ensuite, diminuer la quantité des eaux claires arrivant à la station d'épuration pour traitement. Enfin, mieux contrôler et entretenir le réseau.

Parallèlement, Swisscom profiterait des fouilles pour exécuter quelques travaux. Sans toutefois intervenir dans la composition financière du crédit demandé demain au Conseil général. Les propriétaires bordiers de la rue devront en outre mettre en conformité leurs raccordements, aux frais de la collectivité. Le crédit est mis au bénéfice d'une subvention cantonale de près de 170.000 francs.

Comptes très favorables

Cette grosse dépense n'empêchera pas les élus d'avoir le sourire en examinant les comptes 2005, Qui bouclent avec un résultat «très favorable» de 380.000 francs de bénéfice sur un total de recettes de 8,6 millions. Une récupération d'impôts exceptionnelle de près de 700.000 francs est à l'origine de cette bonne surprise, qui, explique le Conseil communal dans son rapport, «s'est profilée durant l'automne.» En 2004 déjà, la commune avait réalisé un bénéfice de 320.000 francs, alors que le budget prévu pour l'an dernier faisait état d'un demi-million de déficit.

Le pavillon du port

Le Conseil général est aussi incité à se pencher sur un projet de réfection du chemin menant au débarcadère et de réaménagement du parking du port. Il se prononcera ainsi sur une demande de crédit arrêtée à 75.000 francs.

Cet investissement s'inscrit dans la ligne de la promotion du bord du lac, dont le fleuron reste le pavillon de bains du château, installé sur place il y a quelques années. Edifice qui assure avec bonheur la renommée de la commune, via la diffusion d'un timbre-poste! / PHC

Votre publicité ici avec IMPACT_medias