Des centaines de millions pour les éoliennes

Saint-Brais envisage l'implantation de cinq nouvelles éoliennes sur un deuxième site. Les Services industriels de Genève (SIG) sont derrière ce projet. Les SIG envisagent d'ailleurs d'investir des centaines de millions de francs à travers une bonne dizaine d'endroits dans le canton du Jura. Avec la volonté de ne pas répéter les erreurs du passé.
02 août 2015, 19:21

Le lundi 5 juillet, les citoyens de Saint-Brais sont conviés à une séance d'information. Objet du raout: en savoir plus sur l'avant-projet lié à l'installation d'un deuxième parc éolien au lieu dit «le Ban», au-dessus du tunnel de La Roche. Le 11 novembre 2009, en assemblée communale, 21 ayants droit contre 13 avaient accepté l'étude de faisabilité sur le deuxième site, avec la pose de mâts pour tester la qualité du vent. Le mouvement s'accélère sérieusement. Les Services industriels de Genève (SIG) ont des informations concrètes à livrer aux habitants du village.

Difficile d'en savoir plus pour l'instant. Sitôt déposé, la demande de construction pour un mât d'études a fait l'objet d'une opposition de la part du propriétaire d'un chalet. L'affaire va certainement se régler devant le tribunal administratif. Outre des espèces sonnantes et trébuchantes, les SIG s'engageraient à financer des projets écologiques (réseau d'eau, déchetterie). Ce domaine a clairement plu aux autorités de Saint-Brais, qui se défendent de brader leur patrimoine paysager. «On n'a pas voulu se faire acheter», insiste le maire Fredy Froidevaux.

L'avant-projet porte sur cinq nouvelles éoliennes: trois sur territoire communal, deux sur un terrain privé. Les SIG ont obtenu l'accord du propriétaire. Les retombées pour la commune seraient de l'ordre de 200 000 francs par an.

Puisqu'on parle gros sous, les SIG envisagent d'investir plusieurs centaines de millions de francs sur le territoire du canton du Jura dans les années à venir. Une dizaine de sites sont dans leur collimateur (Roche d'Or en Ajoie, la Haute-Borne à Delémont et Bourrignon). Le Jura bernois et le canton de Neuchâtel figurent également dans la ligne de mire des investisseurs.

Au bout du Léman, on sait très bien que le sujet déchire. Le 5 juillet, les responsables genevois vont clamer haut et fort que les leçons du passé ont été retenues. Plus question de construire des éoliennes aux abords des habitations. Les études de bruit seront poussées à l'extrême. Priorité aux moyens parcs, aux regroupements. Reste à changer le Plan directeur cantonal jurassien, qui accorde pour le moment sa priorité à quatre sites uniquement, tous situés dans les Franches-Montagnes. De belles empoignades en vue.

Pour les SIG, Saint-Brais n'est qu'une étape. /GST