Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Sœur Odette raconte son engagement

16 oct. 2008, 09:02

Depuis le début de la semaine et jusqu'à samedi, la fondation Jour de joie et plusieurs Eglises et associations locloises organisent divers événements réunissant des chrétiens de plusieurs horizons. Sous la Tente de la rencontre, sise place Bournot, une trentaine de participants ont écouté hier matin les récits de vie de sœur Odette, entre deux intermèdes de chansons.

Les habitués de l'Accueil dodo des Promos et de la Fête des vendanges de Neuchâtel s'en souviennent: pleine d'énergie et de douceur, sœur Odette est une habituée du monde de la nuit. Elle donne de son temps et de son expérience pour que la fête ne tourne pas au cauchemar. «Il faut des gens qui connaissent les problèmes qui peuvent arriver avec l'alcool ou avec un shoot», explique la religieuse, qui semble avoir tout vu: «Ces nuits sont incroyablement éprouvantes, mais fabuleuses.»

Elle raconte comment, toute jeune sœur diaconesse et infirmière, elle s'est retrouvée confrontée au suicide et à l'alcoolisme. «Le monde des alcooliques me paraissait effrayant. Dans les hôpitaux, nous n'étions pas formés pour affronter la dépendance.» C'est un médecin-chef de l'hôpital de Couvet qui produit le déclic: «Il aimait ces gens, il m'a appris à les respecter.» C'est ainsi qu'elle a fondé, il y a plus de 25 ans, le foyer de l'Etoile à Couvet, «pour accueillir ces gens qui vivent en enfer». Armée de sa foi, d'une solide patience et d'une joie de vivre à l'épreuve du feu, sœur Odette estime qu'«accompagner une personne dans son alcoolisme, c'est accueillir sa souffrance».

Elle prépare actuellement une nouvelle mission à Paris, auprès des SDF. «Je n'aurais jamais pensé vivre tout ça», dit-elle en conclusion. «Je ne suis pas une servante de Dieu triste et langoureuse, mais une femme heureuse.» /sab

Votre publicité ici avec IMPACT_medias