Votre publicité ici avec IMPACT_medias

"Le projet hospitalier cantonal est incohérent et dangereux"

Le comité référendaire présente ses arguments.

03 mai 2013, 00:01
data_art_7020929.jpg

Il y a quatre ans, des états généraux de la santé s'étaient tenus à Cernier. Parmi les objectifs: trouver une solution aussi consensuelle que possible dans l'épineux dossier hospitalier. Solution il y a eu: le Grand Conseil, le mois passé, a donné son feu vert au plan stratégique du Conseil d'Etat. Mais pour le consensus minimal, c'est raté, puisqu'un référendum a été lancé. "Ce plan est irréaliste" , ont expliqué hier des membres du comité référendaire à l'occasion d'une conférence de presse.

 

Pas les moyens

 

Irréaliste en quoi? "Parce qu'il présente de graves risques médicaux. Et parce que le canton ne peut pas s'offrir le luxe de doublonner ses infrastructures les plus coûteuses" , répond Philippe Haeberli, par ailleurs député libéral-radcal de Neuchâtel. Le bas du canton, donc, comme le sont la quasi-totalité des autres membres du comité référendaire. Ce qui fait dire à certains, dans le Haut, et depuis plusieurs années, qu'un petit groupe de personnes du Bas font du blocage systématique dans le but de démanteler l'hôpital de La Chaux-de-Fonds"... "Il faut tordre le cou à cette affirmation" , réagit Philippe Haeberli. "Nous avons toujours dit qu'il fallait rénover cet hôpital, que d'importantes missions devaient lui être confiées, et enfin qu'il devait être une entrée de l'Hôpital neuchâtelois à part entière. Il n'est pas acceptable, par exemple, que des parents des Montagnes ne puissent pas s'y rendre lorsque leur enfant souffre d'une otite. Eh bien, avec le plan stratégique qui a été adopté, rien ne changera dans une telle situation!"

Médecin-dentiste à Neuchâtel, Louis Godet ajoute: "Avec 170 000 habitants, et avec le nouveau système de financement des hôpitaux, le canton n'a plus les moyens d'avoir deux sites de soins aigus."

Les référendaires, qui dénoncent "un projet politique et non médical" , ont jusqu'au 12 juillet pour récolter 4500 signatures. Tout laisse penser qu'ils y parviendront. Et si votation populaire il y a, on pourrait se retrouver avec une scission Haut /Bas. Une menace pour la cohésion cantonale? Réponse d'Olivier Haussener, député PLR de Saint-Blaise: "Nous défendons l'intérêt du canton dans son ensemble. Car si on continue à faire régulièrement cette espèce de troc entre le Haut et le Bas, le canton est foutu! Les grandes structures doivent être centralisées. Ça sera le cas pour la justice, et c'est très bien ainsi. J'observe que ce projet, lui, a fait très peu de vagues."

Au final, les référendaires se disent favorables à la création, dès que possible, d'un site unique de soins aigus, à trois "vraies" portes d'entrée de l'Hôpital neuchâtelois (Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, Couvet), enfin à l'éventuelle création d'un site unique de traitement et de réadaptation (CTR).

 

"C'est un blocage de plus"

 

Réaction du comité interpartis de défense de l'hôpital de La Chaux-de-Fonds: "Après toutes les études qui ont été menées, il aurait été plus judicieux d'aller enfin de l'avant", commente Théo Bregnard, député POP de La Chaux-de-Fonds. "C'est un blocage de plus. Mais tant mieux si la population a la possibilité de s'exprimer. Nous allons nous battre pour démontrer que ce plan stratégique est cohérent médicalement, financièrement, et qu'il respecte le principe fondamental de l'équilibre régional. Et démontrer, aussi, qu'il est impossible de disposer à moyen terme d'un site unique de soins aigus. D'où la solution pragmatique, élaborée par des médecins, qui a été adoptée par les autorités cantonales, y compris par de nombreux députés du Bas."

Votre publicité ici avec IMPACT_medias