Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Février du rire aux larmes

Inutile de revenir sur les ultimes représentations du «Caba FéeRosse», la revue mordante, pétillante et troublante du Groupe théâtral des Mascarons. Elles se jouent ce week-end à guichets fermés et en rappeler ici les charmes risqueraient de faire des malheureux.

03 févr. 2006, 12:00

Heureuse, Pilar ne l'est pas non plus: victime depuis des années de la brutalité de son mari, l'héroïne du film «Ne dis rien» (proposé par le Ciné club du Val-de-Travers) décide de s'en aller en emmenant avec elle son fils Juan. Avec son troisième long-métrage sorti en 2003, la réalisatrice espagnole Iciar Bollain dit beaucoup de la souffrance des victimes de la violence conjugale. Elle le fait avec réalisme et intelligence, s'attachant avant tout à montrer quelles peuvent en être les séquelles psychologiques. Et en offrant à son personnage des points de repère qui lui permettront de mieux vivre («Ne dis rien», cinéma Colisée, Couvet, mercredi 8 février, 20h15).

Cinéma toujours avec «Head on» («Gegen die Wand», 2004), du jeune et prolifique réalisateur Fatih Atkin, qui a signé depuis 1998 un long-métrage par an. Avec celui-ci, il s'est intéressé aux relations amoureuses entre deux jeunes Allemands nés de parents turcs, tout comme lui. Un film intense sur deux amants refusant toutes les concessions et porté par des comédiens magnifiques, qui a valu à son auteur l'Ours d'or à Berlin en 2004. («Head on», cinéma Colisée, Couvet, mercredi 22 février, 20h15).

Le Centre culturel du Val-de-Travers a par ailleurs le plaisir de saluer l'initiative du Centre sportif régional, qui présente dès le 8 février les oeuvres du peintre Wolfgang Weiss. / comm

Votre publicité ici avec IMPACT_medias