Chant du cygne de Simply Red sur la scène de Rock oz'Arènes

Annoncée comme la dernière du groupe, la tournée de Simply Red fait étape mercredi prochain dans les arènes d'Avenches pour la première soirée de Rock oz'Arènes.
02 août 2015, 18:46

Dès mercredi prochain, Rock oz'Arènes va reprendre ses quartiers dans les arènes d'Avenches pour sa dix-huitième édition. Le bluesman suisse Philipp Fankhauser ouvrira les feux sur la grande scène, suivi de Roger Hodgson, ex-leader de Supertramp. Mais la tête d'affiche de cette première soirée sera Simply Red, groupe phare des années 1980, qui livrera un dernier concert en Suisse avant sa séparation annoncée pour 2010.

L'histoire de ce groupe a démarré en 1976, à Manchester, lors d'un concert des Sex Pistols. Dans le public se trouvaient alors un jeune homme un peu taciturne, Ian Curtis, et un grand rouquin exubérant à la crinière bouclée, Mick Hucknall. Les deux hommes ne le savaient pas encore, mais ce concert allait changer leur destin. Le premier allait rencontrer pour la première fois un certain Bernard Sumner, avec qui il allait ensuite fonder le groupe Joy Division.

Le deuxième allait découvrir sa vocation ce soir-là en écoutant les hurlements de Johnny Rotten, prémices du mouvement punk. Peu après cette soirée de 1976, Mick Hucknall créa les Frantic Elevators, un groupe punk britannique parmi tant d'autres, dans le sillage des Sex Pistols. Le groupe vécut de quelques succès mineurs. En 1984, il laissa sa place à Simply Red, nouvelle formation de Mick Hucknall, dont le nom évoquait autant la chevelure de feu du chanteur que la couleur du maillot de Manchester United.

Rapidement, Simply Red est devenu un groupe important des années 1980. A travers des tubes comme «Stars» ou «Holding Back the Years», Mick Hucknall allie pop et soul avec finesse, préférant s'inspirer des paillettes de la Motown (célèbre label de Michael Jackson, entre autres) plutôt que des noirceurs de Joy Division, l'autre groupe mancunien devenu légendaire après le suicide de Ian Curtis. Au risque parfois de virer dans le kitsch.

En 1993, Simply Red atteint le sommet de sa gloire. Le groupe a déjà vendu 40 millions d'albums et achève une tournée triomphale, dans la foulée de la sortie de l'album «Stars» en 1991. Mais, à partir de là, commence une longue traversée du désert. Après quelques albums passés inaperçus, Simply Red est même mis à la porte de sa maison de disques en 2000.

En 2009, Simply Red n'a plus grand-chose de la formation des débuts. Seul Mick Hucknall est toujours là. Mais le chanteur à la voix d'ange est bien le leader et l'âme du groupe. Il a d'ailleurs imposé son image - et la sienne uniquement - sur toutes les pochettes du groupe en vingt-cinq ans de parcours. Ses boucles rousses sont ainsi devenues la marque de fabrique de Simply Red. Et c'est sous l'impulsion de Hucknall que le groupe a retrouvé un second souffle en 2003, avec le single «Sunrise» qui lui permet de renouer avec le succès.

Aujourd'hui, Simply Red n'a plus grand-chose à prouver. Le groupe surfe sur les succès passés, faisant facilement oublier les années de vaches maigres. Mais le groupe aura sûrement à cœur de livrer une performance inoubliable, histoire de marquer les mémoires avant de quitter définitivement les strass de la scène. /NMA - La Liberté