Bolt en dix questions

Dimanche soir, à Berlin, Usain Bolt a stupéfait la planète entière en fixant le nouveau record du monde du 100 m à 9''58. Un temps supersonique, qui dépasse l'entendement.
02 août 2015, 18:47

Dix questions, dix réponses, pour tenter de répondre aux interrogations engendrées par un phénomène que l'athlétisme n'avait encore jamais connu.

Pouvait-on s'attendre à un tel chrono?

Oui. L'an dernier, aux JO de Pékin, Bolt avait couru en 9''69 par vent nul, en relâchant son effort dans les 30 derniers mètres de course. A Berlin, le Jamaïcain a bénéficié d'un vent favorable de 0,9 m/s, d'où un gain généralement estimé à cinq centièmes de seconde. Il a surtout tiré sa course jusqu'au bout. Dimanche soir, Bolt n'était pas plus fort que douze mois auparavant à Pékin, où il aurait déjà été capable de courir en moins de 9''60.

Qu'est-ce que Bolt a de plus que les autres?

Tout... ou presque! Sa taille (1m96), son rapport poids-puissance, son rapport fréquence-amplitude. Son compas lui permet de bénéficier d'une foulée de 2m65 lorsque celle-ci est complètement développée, après une trentaine de mètres, et d'avaler son 100 mètres en 41 pas, contre 43 à 45 à ses adversaires. Son mental aussi. Pour Bolt, le 100 m est un jeu, alors qu'il est la guerre pour beaucoup d'autres.

Bolt manque-t-il de respect à ses adversaires?

Nous nous sommes posé la question dimanche soir, lorsqu'il a recommencé à faire son cinéma devant les caméras, quelques secondes avant le départ de la finale. Ce garçon adore faire le show, il assure le spectacle avant et après, et plutôt bien. Attention toutefois à ne pas trop en faire: à force de donner l'impression que rien ne peut lui arriver, il court le risque d'agacer tout le monde, ses adversaires en premier.

Préfigure-t-il une nouvelle génération de sprinters?

Peut-être bien. En un siècle, la taille moyenne de l'être humain a augmenté. Usain Bolt, avec son 1m96, est bien plus grand que ses deux prédécesseurs les plus illustres, Carl Lewis (1m91) et Jesse Owens (1m78), qui faisaient déjà pourtant presque figure de géants à leur époque. L'histoire du record du monde du 100 m à travers les âges ne serait-elle qu'un simple résumé de l'évolution de la race humaine?

Où creuse-t-il l'écart par rapport à ses adversaires?

Partout... sauf au départ! Bolt n'a signé que le sixième temps de réaction (0''146) des huit finalistes, mais sa mise en action a été assez rapide, puisqu'il était déjà en tête après 20 mètres (2''89), devant Thompson (2''90), Powell (2''91), Gay et Bailey (2''92). Mais c'est bien sûr après que Bolt parvient à profiter au mieux de son incroyable foulée: il prend deux ou trois centièmes à Gay tous les 20 mètres, de quatre à huit centièmes à Powell.

Peut-il aller encore plus vite?

Certainement. Lui-même évoque un chrono de 9''50 dans le futur. Le facteur vent et la qualité de la piste joueront également un rôle essentiel. Un Bolt lancé à toute allure sur la piste de la Pontaise, à Lausanne, avec un vent favorable de 1,8 m/s, ça peut effectivement valoir 9''50 ou moins.

Quelles sont ses possibilités sur 200m?

Enormes, assurément. Son record du monde de 19''30 établi l'an dernier aux JO de Pékin ne devrait constituer qu'une étape. Bolt sera peut-être le premier homme à courir le demi-tour de piste en moins de 19''00. Pas sûr toutefois qu'il puisse le faire dans un grand championnat. Jeudi soir, il abordera en effet la finale avec, dans les jambes, quatre tours de 100 m et trois autres de 200 m en cinq jours. Enorme. S'il réussit à faire tomber un jour la barrière des 19 secondes, ce sera plutôt en meeting.

Est-il dopé?

C'est la question que tout le monde se pose. Officiellement, il ne l'est pas, puisqu'il ne s'est jamais fait coincer. Mais on connaît les limites des contrôles antidopage, on sait aussi les turbulences traversées par le sprint jamaïcain ces dernières semaines.

Quelqu'un peut-il le battre?

A l'heure actuelle, un Bolt qui ne commet pas de grosse erreur est imbattable sur 100 mètres. Même un Tyson Gay, qui a livré la course de sa vie et signé un temps supersonique lui aussi dimanche soir (9''71), n'a eu aucune chance. Mais la vérité d'aujourd'hui n'est pas forcément celle de demain.

Est-il une chance pour l'athlétisme?

Oui. En manque de leaders et de stars comme le furent autrefois un Carl Lewis ou un Serguei Bubka, l'athlétisme, en perte de vitesse en terme d'audience et de popularité, tourne désormais autour d'Usain Bolt. Attention toutefois: si d'aventure Bolt venait à être contrôlé positif, cela pourrait signifier le coup de grâce pour le sport olympique numéro 1. /ALA

Usain Bolt a même réussi à accélérer en fin de course

Pour établir son record du monde du 100 m en 9''58, Usain Bolt a produit une formidable accélération entre 60 et 80 m, parcourant cette portion en 1''61, quatre centièmes plus vite que lors de ses 9''69 des JO de Pékin. /si

Elena Isinbayeva reste à terre

Un premier saut manqué à 4m75, un deuxième puis un troisième loupés à 4m80, et voilà comment on perd un titre mondial! Elena Isinbayeva, tsarine magnifique et incontestée du saut à la perche ces cinq dernières années, a essuyé une défaite aussi affligeante qu'inattendue, hier soir à Berlin, avec un zéro pointé comme note finale. Une «patate» dans le jargon des perchistes.

Inattendue, avons-nous dit? Pas tant que cela, en fait. La nouvelle championne du monde, la Polonaise Anna Rogowska, qui l'a emporté avec 4m75, avait déjà battu la belle le 24 juillet dernier à Londres. A Crystal Palace, Elena Isinbayeva avait ainsi subi sa première défaite depuis 17 mois et 18 concours. Non, le revers concédé hier soir, aussi surprenant qu'il puisse paraître, n'était pas vraiment inattendu.

Cette saison, Elena Isinbayeva, en proie à des soucis physiques, retardée dans sa préparation, n'a jamais trouvé la bonne carburation. Son meilleur saut? Une barre placée à 4m85, franchie le 10 juillet à Rome. Un bien maigre butin pour la brune de Volgograd, pour la double championne olympique et double championne du monde, pour la femme aux 26 records du monde, dont le dernier en date avait été fixé à 5m05 aux JO de Pékin.

L'usure du pouvoir? A l'Olympiastadion, l'ancienne gymnaste de 27 ans a subi son premier revers important depuis 2004 et son premier titre olympique gagné à Athènes. Depuis, elle n'avait laissé que les miettes à ses concurrentes, monopolisant toute la lumière sur elle, par sa classe, sa beauté, ses records. «Mais une fille comme elle, c'est bien pour notre discipline», estime, pas rancunière, Nicole Büchler. «Grâce à elle, on parle de la perche féminine.»

Elena Isinbayeva, elle, n'y a rien compris. Et l'a avoué: «Je ne comprends pas ce qui s'est passé. Je me sentais bien, j'ai facilement passé 4m70 à l'échauffement. Si je n'aurais pas mieux fait de commencer mon concours à 4m65? Non. Une telle hauteur ne signifie rien pour moi.» Et pourtant... /ala

Touché aux adducteurs, l'Américain Tyson Gay doit renoncer à s'aligner sur 200 mètres

L'Américain Tyson Gay, deuxième du 100 m des Mondiaux à Berlin, a déclaré forfait pour le 200 mètres. Le champion du monde en titre de la spécialité souffre d'une douleur aux adducteurs. Les séries du 200 m débutent aujourd'hui, les demi-finales auront lieu demain et la finale jeudi. /si

Boules de Berlin

Le déboulé de Shelly-Ann Fraser

Les Jamaïcains sont vraiment les nouveaux maîtres - ou plutôt alchimistes? - du sprint? Vingt-quatre heures après le triomphe d'Usain Bolt, Shelly-Ann Fraser, elle aussi championne olympique en titre, a remporté la finale du 100 m dames dans le chrono époustouflant de 10''73, juste devant sa compatriote Kerron Stewart (10''75), qui a perdu la course pour s'être endormie dans ses starting-blocks. La troisième place est revenue à l'Américaine Carmelita Jeter (10''90). Seules deux femmes ont couru plus vite que Fraser dans l'histoire: Florence Griffith-Joyner (10''49 en 1988) et Marion Jones (10''65 en 1998), dont on ne connaît que trop bien les destins respectifs.

Le quatrième de Bekele

Il n'y avait rien à faire contre Kenenisa Bekele. Grâce à une accélération placée à la cloche, l'Ethiopien a facilement remporté son quatrième titre d'affilée sur 10 000 m, égalant ainsi son glorieux aîné Haile Gebreselassie, qui avait déjà réussi cet exploit entre 1993 et 1999. Le Slovène Primoz Kozmus a remporté le lancer du marteau (80m84), l'Espagnole Marta Dominguez le 3000 m steeple (9'07''32), la Cubaine Yargeris Savigne le triple saut (14m95).

Schneeberger en veut

Quatre Suisses en lice aujourd'hui. Le Bernois Marc Schneeberger et le Zurichois Marco Cribari courront les séries du 200 m ce matin. Leur objectif minimum? Les quarts de finale de ce soir (18h55). «Mais je ne saurais m'en contenter», intervient Marc Schneeberger. «J'espère fermement me qualifier pour les demi-finales.» Ils seront 32 à passer en quarts de finale, 16 en demi-finales. Avec ses 20''46, Schneeberger pointe au 19e rang des 67 engagés, Cribari (20''58) au 36e. C'est dire la densité de la discipline.

Lisa pour apprendre

Daniel Schaerer, lui, n'a pratiquement aucune chance de passer le cap des qualifications du lancer du disque ce matin. Lisa Urech courra à 18h30 les séries du 100 m haies. Qualifiée surprise, la cadette (20 ans) de la délégation suisse sera là pour apprendre. Cinq finales au menu ce soir: le triple saut messieurs (18h05), le javelot dames (19h25), le 400m dames (19h35), le 3000m steeple messieurs (19h50) et le 400m haies messieurs (20h50). /ala

mondiaux d'athlétisme

FINALES

Messieurs. 10 000 m: 1. Kenenisa Bekele (Eth) 26'46''31 (MPA). 2. Zersenay Tadesse (Ery) 26'50''12. 3. Moses Ndiema Masai (Ken) 26'57''39. 4. Imane Merga (Eth) 27'15''94. 5. Bernard Kiprop Kipyego (Ken) 27'18''47.

Marteau: 1. Primoz Kozmus (Slo) 80m84. 2. Szymon Ziolkowski (Pol) 79m30. 3. Aleksey Zagornyi (Rus) 78m09.

Dames. 100 m (+ 0,1 m/s): 1. Shelly-Ann Fraser (Jam) 10''73 (MPA). 2. Kerron Stewart (Jam) 10''75. 3. Carmelita Jeter (EU) 10''90. 4. Veronica Campbell (Jam) 10''95. 5. Lauryn Williams (EU) 11''01. 6. Debbie Ferguson (Bah) 11''05. 7. Chandra Sturrup (Bah) 11''05. 8. Aleen Bailey (Jam) 11''16.

3000 m steeple: 1. Marta Dominguez (Esp) 9'07''32 (MPA). 2. Yuliya Zarudneva (Rus) 9'08''39. 3. Milkah Chenos (Ken) 9'08''57.

Triple saut: 1. Yargelis Savigne (Cub) 14m95. 2. Mabel Gay (Cub) 14m61. 3. Anna Pyatykh (Rus) 14m58. 4. Biljana Topic (Ser) 14m52. 5. Trecia Smith (Jam) 14m48. 6. Tatyana Lebedeva (Rus) 14m37.

Perche: 1. Anna Rogowska (Pol) 4m75. 2. Chelsea Johnson (EU) et Monika Pyrek (Pol) 4m65. Non classée (trois échecs): Elena Isinbayeva (Rus).


SéRIES ET QUALIFICATIONS

Messieurs. 1500 m. Demi-finales. 1re série: 1. Amine Laalou (Mar) 3'36''68. 2. Lopez Lomong (EU) 3'36''75. 3. Bernard Lagat (EU) 3'36''86. 4. Youssef Saad Kamel (Bahreïn) 3'36''87. 5. Mehdi Baala (Fr) 3'37''07. 2e série: 1. Asbel Kiprop (Ken) 3'36''24. 2. Leonel Manzano (EU) 3'36''29. 3. Augustine Kiprono Choge (Ken) 3'36''43. 4. Deresse Mekonnen (Eth) 3'36''86. 5. Belal Ali (Bahreïn) 3'36''87. 6. Mohamed Moustaoui (Mar) 3'36''94. 7. Abdelati Iguider (Mar) 3'37''19. Tous qualifiés pour la finale.

Dames. 100 m. Demi-finales. 1re série (- 0,1 m/s): 1. Shelly-Ann Fraser (Jam) 10''79. 2. Kerron Stewart (Jam) 10''84. 3. Lauryn Williams (EU) 11''01. 4. Debbie Ferguson (Bah) 11''03. 2e série (- 0,1 m/s): 1. Carmelita Jeter (EU) 10''83. 2. Veronica Campbell (Jam) 11''00. 3. Chandra Sturrup (Bah) 11''01. 4. Aleen Bailey (Jam) 11''16. Toutes qualifiées pour la finale.

800 m. Demi-finales. 1re série: 1. Mariya Savinova (Rus) 1'59''30. 2. Yuliya Krevsun (Ukr) 1'59''38. 3. Mayte Martínez (Esp) 1'59''72. 2e série: 1. Caster Semenya (AfS) 1'58''66. 2. Jennifer Meadows (GB) 1'59''45. 3. Janeth Jepkosgei (Ken) 1'59''47. 3e série: 1. Elisa Cusma (It) 2'00''62. 2. Marilyn Okoro (GB) 2'01''01. Toutes qualifiées pour la finale.

400 m haies. 1er tour. 1re série: 1. Kaliese Spencer (Jam) 55''12. 2. Josanne Lucas (Tri) 55''41. 3. Huang Xiaoxiao (Chine) 55''52. 4. Vania Stambolova (Bul) 56''01. 2e série: 1. Nickiesha Wilson (Jam) 55''37. 2. Anna Olichwierczuk (Pol) 55''57. 3. Eilidh Child (GB) 55''96. 4. Sheena Johnson (EU) 56''00. 5. Ieva Zunda (Let) 56''05. 3e série: 1. Melanie Walker (Jam) 55''17. 2. Natalya Antyukh (Rus) 55''40. 3. Perri Shakes-Drayton (GB) 56''49. 4. Sara Petersen (Dan) 56''51. 4e série: 1. Angela Morosanu (Rom) 54''70. 2. Tiffany Ross (EU) 55''25. 3. Zuzana Hejnova (Tch) 55''68. 4. Amaka Ogoegbunam (Nig) 55''80. 5. Elena Churakova (Rus) 56''13. 6. Elodie Ouedraogo (Be) 56''60. 5e série: 1. Lashinda Demus (EU) 54''66. 2. Anastasiya Rabchenyuk (Ukr) 55''63. 3. Natalya Ivanova (Rus) 56''11. 4. Ajoke Odumosu (Nig) 56''62. 5. Jonna Tilgner (All) 56''73. Toutes qualifiées pour les demi-finales. /si