Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Appui des sciences humaines et sociales

07 oct. 2008, 10:28

«Je suis un homme donc un combattant», disait le fameux homme de lettres Goethe. Disons les choses un peu autrement: nous avons à la Haute Ecole de gestion Arc certaines positions fondamentales en matière de ressources humaines que nous maintenons contre vents, marées et modes managériales. Déclinons...

D'abord, nous ne sommes pas béhavoristes - ou comportementalistes -, car nous souhaitons mettre un accent particulier sur des dimensions qui font de l'être humain un être de sens et de significations, capable de créer et de s'investir intelligemment dans les changements. On ne saurait penser ou agir par-delà la liberté et la dignité!

Ensuite, nous pensons que les relations humaines ne peuvent être rendues compte à l'aune d'un modèle mécaniste de la communication - le classique mais frustre modèle avec codeur, décodeur, absence de bruit et boucle de rétroaction qui nous vient de la balistique. Nous ne saurions, êtres humains, être réduits à de petits êtres cybernétiques, mécaniques! Notre enseignement s'appuie plutôt sur les apports des disciplines des sciences humaines et sociales que nous mobilisons afin que les étudiants soient à même de comprendre le plus finement possible les situations organisationnelles dans lesquelles ils évoluent ou vont évoluer - selon qu'ils suivent la filière à plein-temps ou en cours emploi. Afin qu'ils agissent en articulant l'esprit de finesse à l'esprit de géométrie. Nos enseignements, comme nos recherches et nos interventions sont marqués par ces choix.

Et puis, nous nous tenons à distance des points de vue du style «il faut faire comme dans le privé» comme si le privé - comprendre l'entreprise privée - était une notion homogène. N'y a-t-il pas une différence entre la petite PME et l'entreprise multinationale? Et entre une entreprise industrielle microtechnique, une organisation hospitalière ou un centre de recherche? Il y a certainement plusieurs manières de faire en gestion, dépendamment des contextes dans lesquels baignent les entreprises! C'est pourquoi nous incitons nos étudiants à appréhender les organisations dans toute leur diversité.

Et puisque nous nous intéressons tout particulièrement à la santé des organisations à travers leur performance, autant qu'à la santé des individus à travers leur bien-être au travail, ajoutons encore que nous apprenons, à partir de nombreuses expériences concrètes, que le malheur organisationnel n'est pas une fatalité.

Le concret, voilà le terme qui définit le mieux notre approche. Nous n'opposons pas théorie et pratique mais plutôt concret et abstrait, préoccupés que nous sommes par le réel des individus et des organisations.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias