Le Covid fait tousser le Vapeur Val-de-Travers, qui recirculera ce samedi

Le train à vapeur est de retour, au Val-de-Travers. Pas épargné par la crise sanitaire, le club ferroviaire compte notamment sur ses trains publics du week-end pour limiter la casse.
07 sept. 2020, 17:05
La locomotive Krauss-Maffei, ici en 2001 à Neuchâtel, sera de sortie samedi et dimanche.

Il toussote, le Vapeur Val-de-Travers. Non, les membres du club ferroviaire n’ont pas inhalé une volute de fumée d’une de leurs vénérables machines, mais l’annulation d’une bonne partie de leurs circulations accouche d’un gros manque à gagner. Les circulations publiques prévues ce week-end sont d’autant plus attendues.

«La circulation des trains à vapeur représente environ 30% à 40% des revenus de notre association», indique le club ferroviaire, dans un courriel signé par son vice-président Pablo Hoya. Entre les circulations publiques et les trains spéciaux annulés, le club ferroviaire estime avoir perdu entre 20 000 et 40 000 francs en restant à quai ce printemps et cet été.

Un train supplémentaire dimanche

Dès lors, les prochaines circulations publiques, ce week-end et en octobre prochain, sont très attendues, notamment par le caissier du club basé à Saint-Sulpice. Si les recettes des trains-fondue de samedi et du 3 octobre prochain devaient être bonnes – ils affichent complets – le club attend un maximum de visiteurs pour ses trains «au fil de l’Areuse» du samedi après-midi et pour le train-fondue supplémentaire de ce dimanche 13 septembre. Ou tout simplement pour venir visiter le dépôt, ouvert chaque samedi.

En savoir plus: Les horaires des prochains trains du VVT

S’il faudra revêtir un masque de protection pour prendre les trains au fil de l’Areuse, l’autre spécialité cette année sera située en tête du convoi. Le VVT va utiliser sa locomotive Krauss-Maffei, une des premières acquises par le club en 1986, fraîchement remise en état. Les membres de l’association ont travaillé avec l’atelier professionnel du train à vapeur des Cévennes, en France, pour changer les 242 tubes de la chaudière de la locomotive notamment.

Cependant, en raison de la faible autonomie de la machine, les trains-fondue, à destination de Neuchâtel, seront assurés en traction mixte vapeur-électrique. Une motrice de l’association RVT-Historique assurera le trajet entre Noiraigue et la capitale cantonale, indique encore le courriel.

par Matthieu Henguely