L'UDC Yvan Perrin se met à disposition de son parti pour siéger à Berne

On reparle d'Yvan Perrin pour le Conseil national. L'ancien parlementaire UDC (de 2003 à 2013) se dit prêt à figurer sur une liste en 2019 si son parti accepte sa candidature.

03 mai 2018, 18:30
Yvan Perrin en 2016, alors qu'il était président de l'UDC neuchâteloise.

Et si Yvan Perrin faisait son retour sous la Coupole fédérale? Contacté jeudi après-midi, après que RTN eut diffusé l'info, l’ancien conseiller national (de 2003 à 2013) nous a confirmé que si l’UDC neuchâteloise acceptait sa candidature, il serait prêt à figurer sur la liste des prétendants à la Chambre du peuple en automne 2019. L’indépendance du pays vis-à-vis de l’Union européenne demeure au cœur de ses préoccupations.

Question santé, à 51 ans, le citoyen de La Côte-aux-Fées, vice-président du parti suisse de 2006 à 2012, dit se sentir «apte». Une question que lui posent forcément tous les observateurs depuis la fin brutale de son expérience au Conseil d’Etat après un burn-out en juin 2014, 13 mois seulement son élection. «Ma préoccupation majeure, actuellement, c’est de rapprocher mon nombril de ma colonne vertébrale!», image-t-il.

Le nom d’Yvan Perrin ressurgit au moment où plusieurs parlementaires neuchâtelois, dont les socialistes Didier Berberat et Jacques-André Maire, ont annoncé leur retrait pour 2019. Elu UDC en 2016, exclu ensuite par son parti, le conseiller national Raymond Clottu siège désormais en indépendant, ce qui le fragilisera en cas de nouvelle candidature.