Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Comme un supplice chinois chez Les Mascarons

23 avr. 2008, 12:00

Le groupe théâtral des Mascarons accueille ce samedi, à 20h30 à Môtiers, la compagnie neuchâteloise Galatée, qui présentera Lettre d'amour (comme un supplice chinois) de Fernando Arrabal, dans une mise en scène du Vallonnier Frédéric Mairy.

Eté 1936. Dans les prémices de la guerre civile qui plongera l'Espagne dans le feu et le sang, le petit Fernando Arrabal voit son père être arrêté par les franquistes et condamné à mort.

Une dizaine d'années plus tard, il retrouve, par hasard, dans un placard des documents qui lui font comprendre que son père n'a pas été exécuté, mais qu'il a disparu. Et que sa mère, avec laquelle il avait vécu un amour fusionnel au milieu des soubresauts de l'histoire, lui a caché la vérité et est parvenue à empêcher tout contact entre le père et le fils. Fernando Arrabal nourrira alors envers elle une ranc?ur désespérée, qui traversera une grande partie de son ?uvre littéraire et cinématographique à venir.

Pour sa neuvième création, la compagnie Galatée a remis cette Lettre d'amour entre les mains de Frédéric Mairy. Le metteur en scène a adapté ce monologue pour quatre personnages, convoquant sur le plateau les mères que Fernando Arrabal a connues, comme autant de figures se reflétant sur les eaux changeantes de la mémoire: la mère adorée des jeunes années, déesse sur son piédestal, celle de la trahison, reniée et clouée au pilori, celle, enfin de la réconciliation, qui aspire elle aussi au repos du c?ur et de l'âme.

Portée par la langue poétique et imagée de Fernando Arrabal, cette courte pièce navigue entre passion et colère, souvenirs et espoirs. Une véritable lettre d'amour qui tente au fil des pages de jeter au loin son sous-titre, Comme un supplice chinois. / comm

«Lettre d?amour (comme un supplice chinois)» de Fernando Arrabal. Le samedi 26 avril à 20h30 à la maison des Mascarons à Môtiers. Réservation au 032 863 28 04.
Votre publicité ici avec IMPACT_medias