Zone lumière a emmené le public entre réalité et imaginaire

07 avr. 2008, 12:00

La salle de spectacles de Fontainemelon accueillait samedi la compagnie Zone lumière pour deux représentations de la comédie musicale «Les éveilleurs de mémoire». Fruit de deux années de travail, cette création fait appel à une vingtaine d'adolescents et de jeunes adultes qui se prêtent au jeu de l'expression théâtrale, du chant et de la danse.

Les protagonistes évoluent dans un décor composé de totems et d'un attrape-rêves géant, limite symbolique entre la réalité et l'imaginaire. Réside ici, précisément, l'originalité de cette comédie musicale.

Le scénario s'appuie sur l'imbrication de deux histoires, l'une, contemporaine, mettant en scène une famille recomposée, l'autre, invoquant sur le mode du rêve, des légendes indiennes. Le spectateur saisit rapidement le fil conducteur: chaque scène délivre un message en miroir qui éclaire et donne sens aux tableaux précédents.

«Les éveilleurs de mémoire» a demandé un travail immense à cette troupe de jeunes talents qui fait preuve d'une grande créativité. L'alternance entre scènes parlées, chantées et dansées offre un rythme qui jamais ne s'essouffle. Rivalisant d'humour et d'émotion, les comédiens-chanteurs incarnent parfaitement leurs rôles, dans un jeu naturel et sans emphase.

Ce spectacle offre par ailleurs une dimension pédagogique. Le travail d'Annette Perrelet et de Sylvie Jedlicka privilégie les valeurs de dialogue, de fraternité, de tolérance. Chaque personnage devra surmonter les situations conflictuelles pour enfin livrer ses sentiments et viser le bonheur. Cette comédie musicale est sans conteste une vraie réussite. /fds