Un klaxon «neuchâtelois»

18 juin 2008, 12:00

Selon le distributeur, elle est économique et écologique. Et en plus télescopique et personnalisable. «Elle», c'est la trompette que l'on peut fixer à une casquette pour faire autant de bruit, sinon plus, que les klaxons à gaz, qui sont interdits dans les stades. «Les bouteilles de spray vides peuvent servir de projectiles», rappelle Claude-Alain Cuche.

Avec un Biennois, ce Neuchâtelois de Villiers (frère de l'humoriste Benjamin) a découvert ce produit en Espagne d'abord, au Salon des inventions de Genève ensuite, où cette trompette a obtenu un prix. Il faut dire que la vibration de la membrane conçue pour l'occasion permet de produire, rien qu'en soufflant, un son de 98 décibels (on a testé, c'est puissant!).

Claude-Alain Cuche et son compère ont d'abord obtenu la distribution exclusive pour la Suisse, avant de perfectionner le système avec des tuyaux et des clips pour fixer deux de ces trompettes à une casquette. Les mains restent donc libres. «Ce kit est fourni aux couleurs de très nombreuses équipes nationales», précise Claude-Alain Cuche. Prix: entre 30 et 40 francs tout compris. On peut se procurer cet article dans le commerce ou via le site www.fansklaxon.com. / pho