Les citoyens avaleront une potion fiscale amère

Les citoyens de Villeret sont invités le 14 avril à avaler une potion très amère: l'augmentation de leur quotité d'impôt. Fixée finalement à quatre dixièmes, cette hausse fiscale tient compte de mesures d'économie et de quelques recettes inopinées. Tout comme Fontainemelon l'a vécu il y a une dizaine d'années, la commune de Villeret doit corriger ses orientations financières, à cause de la réorganisation du statut juridique de sa principale entreprise contributive, le fabricant d'implants dentaires Straumann. Si la commune du Val-de-Ruz avait, devant la perte de la manne fiscale provenant du groupe Swatch, pu éviter une hausse de sa fiscalité, son homologue du Jura bernois devra y passer. Et les contribuables vont le sentir, puisque l'augmentation est fixée à quatre dixièmes de quotité, pour arriver à un facteur de 1,94.

04 avr. 2008, 12:00

Le maire Ulrich Kämpf et ses collègues du Conseil municipal ont pu compter ces derniers mois sur une commission spéciale, nommée le 18 décembre dernier, pour réunir les ingrédients de l'amère potion fiscale que les citoyens devront avaler le 14 avril prochain. Les membres de ce groupe de travail se sont non seulement consacrés à l'élaboration du budget 2008, mais aussi sur les deux prochaines années. Et leurs efforts ont permis de dégager des économies pour environ 200 000 francs.

Avec un déficit de quelque 300 000 francs pour un total de charges de 4,6 millions, Villeret maintient la tête hors de l'eau, pour autant que ses électeurs acceptent la hausse de quotité. Mais, comme la fortune nette de la commune s'élevait l'an dernier à un million et que les comptes 2007 accuseront un sévère déficit, la commune ne dispose plus guère de marge pour l'élaboration de ses futurs budgets. Elle entend maintenir les prestations à la population, tout en évitant de devoir connaître les affres du découvert au bilan. Sa voisine de Courtelary a en effet donné ces dernières années l'exemple d'une commune obérée, sommée de remonter la pente par le canton, au prix d'une stratégie d'investissements basée uniquement sur le strict nécessaire.

Les citoyens de Villeret, en prenant le bouillon fiscal que l'exécutif leur proposera le 14 avril, seront cependant rassurés par quelques embellies. La liquidation du syndicat de l'hôpital leur apportera 90 000 francs d'argent frais, et les recettes fiscales ordinaires vont augmenter de quelque 300 000 francs en 2008. La hausse d'impôt, qui ramènera la commune dans la moyenne du district de Courtelary, rapportera 420 000 francs de plus. Et, comme le corbeau de la fable, les autorités communales se sont juré que personne ne les reprendrait plus à compter sur la manne d'un seul gros contribuable, même si celui-ci continue d'être, avec plus de 400 collaborateurs, le plus gros employeur du village. / PHC