Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Rupture de stock pour les éoliennes de Crêt-Meuron

29 nov. 2007, 12:00

Le projet d'implantation d'un parc éolien sur le secteur Crêt-Meuron - La Vue-des-Alpes est-il maudit des dieux? La rupture de stock des éoliennes prises comme modèles pour la définition du plan cantonal d'affectation pourrait le faire croire. Après le bras de fer engagé avec les opposants au projet - déboutés en avril par le Tribunal administratif - le ciel semblait pourtant enfin se dégager pour les adorateurs d'Eole.

C'était toutefois sans compter sur une donnée essentielle: le temps qui passe. Alors que celui-ci semblait s'être figé sur les monts vaudruziens pendant la procédure juridique, il continuait bel et bien de s'écouler dans les ateliers des fabricants de grandes hélices. «Le modèle qui avait été choisi en 2001 lors du dépôt du plan cantonal n'est plus fabriqué», explique Jean-Luc Juvet, chef du Service cantonal de l'énergie. «Les concepteurs sont cependant déjà en train de chercher une alternative.»

Pas question toutefois de demander une modification du plan d'affectation, et donc de dépasser la hauteur de 93 mètres prévue initialement. «Il faudra certes choisir un modèle de dimension différente, mais dans tous les cas de figure pas plus grand», note Jean-Luc Juvet. «Et si possible pas beaucoup plus petit, car cela serait dommage.»

Du côté de Suisse Eole, son porte-parole Martin Kernen précise que «le modèle d'éolienne employé pour la réalisation du plan d'affectation cantonal n'a jamais été un choix qui se voulait définitif. Les développeurs avaient simplement choisi - en fonction des modèles disponibles à l'époque - l'installation la plus grande qu'ils auraient pu voir implantée sur le site.»

Quant à savoir si cette petite péripétie fera prendre du retard au projet, Jean-Luc Juvet reste optimiste. «Nous espérons toujours voir tourner les éoliennes d'ici 2009.» Si les mesures liées au vent et à l'environnement ont d'ores et déjà été réalisées, note Martin Kernen, il reste aux développeurs à procéder à de dernières études avant de déposer le permis de construire. Notamment concernant les raccordements électriques ainsi que la géologie du lieu. «La présence, par exemple, de cavités, pourrait empêcher la mise en place des fondations», glisse Martin Kernen. «Nous ne sommes jamais à l'abri d'une mauvaise surprise.»

yann hulmann
Votre publicité ici avec IMPACT_medias