La pétition «séparatiste» fait un carton le 1er avril

Hier - 1er avril - les deux jeunes pétitionnaires prônant le rattachement des Montagnes au Jura ont récolté 500 signatures. En tout, ils devraient en compter 3500. De loufoque, l'affaire devient sérieuse. Madame, c'est pour la séparation entre le Haut et le Bas» Hier matin devant Espacité, pas mal de passants se sont laissés agrafer alternativement par Julian Dupraz et Joaquim Manzoni, les deux «séparatistes» du «Mouvement citoyen pour le Haut» (notre édition de jeudi 27 mars). Et ceux qui sont tombés en arrêt ont signé la pétition qu'on leur tendait, prônant le rattachement des districts de La Chaux-de-Fonds, du Locle et du Val-de-Travers... au canton du Jura! Malgré - ou parce que - c'était le 1er avril.

02 avr. 2008, 12:00

Les deux jeunes gens n'en reviennent pas de leur succès. Leur coup de gueule du soir de carnaval - ils imaginaient entre autres la fermeture du tunnel sous la Vue-des-Alpes et un check-point au sommet - a eu un bel effet boule de neige. «Avant d'ouvrir le stand, je crois que nous avions dans les 3000 signatures, y compris les «promesses de dons» comme on dirait au Téléthon, les feuilles qui doivent revenir du Locle et même de Neuchâtel», notait Julian Dupraz. Hier matin en une heure, entre 10h et 11h, une centaine de paraphes sont venus s'y ajouter.

Qu'est-ce qui a fait prendre la mayonnaise de ce demi-canular? «Même si c'est le 1er avril, le message est à prendre plus sérieusement que ça. Le haut du canton en a par-dessus la tête», résumait sur place le conseiller communal loclois Marcelo Droguett, un des premiers a être venu - tout exprès - apporter son soutien, et celui du POP loclois, aux deux jeunes gens. Comme pour d'autres passants la (dernière) goutte qui a fait déborder le vase est l'initiative pour un site unique mère-enfant à Neuchâtel, lancée lundi. «Nous, nous devons faire avec la décision du Conseil d'Etat de délocaliser l'école d'ingénieurs à Neuchâtel et maintenant on veut revenir sur celle d'installer le site mère-enfant à La Chaux-de-Fonds?», fulmine l'élu loclois, également chirurgien à l'hôpital de la Métropole horlogère.

Sur Espacité, à part les passants qui filent devant toute récolte de signatures, les remarques étaient largement favorables aux pétitionnaires et plutôt aigres sur le sentiment d'injustice des Montagnons. «Il faut arrêter de se faire marcher dessus», a lancé une retraitée en signant avant deux copines. «Il y a longtemps déjà on réclamait notre rattachement à la France», lâchait un brin goguenard un ancien conseiller général radical pas du tout gêné de signer. «On est tous un peu fâchés», a encore remarqué un sexagénaire qui ramenait une feuille pleine de 12 signatures récoltées au café. Deux des personnes qui ont refusé de signer trouvaient paradoxalement que la pétition ne faisait pas assez sérieux. «Il faut plutôt refaire la révolution de 1848!» / RON