Une maladie mortelle pour les poissons en forte augmentation

Une maladie parasitaire des poissons est en forte augmentation dans de nombreux cours d'eau en Suisse. Dans le canton de Neuchâtel, l'Areuse est touchée. Dans le Jura, la Birse et le Doubs.

20 avr. 2015, 17:09
Ouverture de la peche au bord de l'Areuse ce premier mars

COUVET
1 03 2014
PHOTO: CHRISTIAN GALLEY

Ce printemps, des poissons de nombreux cours d'eau suisses présentent de grandes taches blanches qui parsèment leur corps. Cette maladie parasitaire n'a jamais été observée avec cette intensité. Mortelle pour les poissons, elle ne présente en revanche aucun risque pour l'homme.

Cette mycose est le Saprolegnia, une sorte de champignon agressif et facilement transmissible, a indiqué lundi la Fédération suisse de pêche (FSP), qui tire la sonnette d'alarme. "Cela fait mal au coeur à tous les pêcheurs et amis de la nature", dit Samuel Gründler, biologiste à la FSP, cité dans un communiqué.

La fédération a lancé une campagne pour contrecarrer la dissémination de cette maladie. La propagation peut se produire de manière naturelle via les oiseaux d'eau, mais aussi par les bottes, l'équipement de pêche, les poissons de repeuplement, les canoës ou les bateaux.

Campagne lancée

C'est pourquoi la FSP incite notamment les pêcheurs et les autres utilisateurs des cours d'eau à désinfecter tout leur matériel avant de changer de cours d'eau. L'association diffuse ses conseils via des tracts et des affiches, mais elle souhaite aussi une communication de la part des autorités.

La souche Saprolegnia parasitica, particulièrement virulente, a été détectée pour la première fois dans le Doubs. Mais elle touche aussi d'autres cours d'eau, comme la Birse, l'Areuse, l'Aar ou le Rhin. Les populations d'ombres du Rhin sont même menacées de disparition et la FSP qualifie la situation de "dramatique" près de Schaffhouse.

Depuis trois semaines, le nombre de poissons parasités, en particulier des ombres, a massivement augmenté. Les poissons sont tellement affaiblis qu'ils ne survivront pas. Les pêcheurs s'inquiètent aussi du fait que la maladie touche désormais aussi les jeunes poissons, et plus seulement les spécimens adultes.