Une bourse de 2 millions de francs pour l'Université de Neuchâtel

Professeure à l’Université de Neuchâtel, Nadja Capus bénéficiera d’une bourse du Conseil Européen de la Recherche pour son projet de recherche sur la lutte pénale contre la corruption. Trois postes de doctorants en droit seront créés.

10 déc. 2019, 12:33
La professeure Nadja Capus mène des recherches sur la lutte pénale contre la corruption.

2453 chercheurs étaient en lice pour l’obtenir. Professeure de droit pénal et de procédure pénale à l’Université de Neuchâtel (Unine), Nadja Capus bénéficiera d’une bourse du Conseil Européen de la Recherche. La somme: 2 millions de francs. «Une telle bourse qui n’est attribuée qu’aux plus brillants scientifiques issus du monde entier», se targue l’institution dans un communiqué ce mardi.

Dotée d’un montant total de 600 millions de francs, la «Consolidator Grant» soutiendra en tout 301 projets de recherche sur une durée de 5 ans. A Neuchâtel, elle permettra de créer cinq postes de travail, dont trois postes de doctorants en droit.

Nadja Capus et son équipe s’intéresseront à un sujet complexe: la refonte actuelle du droit pénal anticorruption. «Pour faire face au fléau de la corruption, les Etats adaptent régulièrement leur stratégie de lutte dans différents domaines du droit pénal. Ces réformes non coordonnées donnent lieu à un modèle hybride de justice pénale qui aboutit à une justice parfois opaque si ce n’est complaisante», explique l’Unine.