Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un thriller couleur marron intense

30 nov. 2007, 12:00

Scénariste de la trilogie «Jason Bourne», le cinéaste américain Tony Gilroy signe avec «Michael Clayton» sa première mise en scène. Le protagoniste de ce thriller juridique est un ancien policier ?uvrant comme factotum juridique d'un cabinet d'avocats d'affaires sis à Wall Street. Méprisé par ses confrères, qui ne le considèrent pas comme un véritable partenaire, Clayton (George Clooney) endure une vie de famille chaotique, conduit une Mercedes de location et s'endette au jeu.

Commis depuis des années aux arrangements douteux, cet antihéros un peu trop prévisible a subitement un éclair de (bonne) conscience le jour où il apprend la mort par suicide d'Arthur Edens (Tom Wilkinson), son collègue et seul ami au sein du cabinet. Chargé de défendre U North, une puissante firme agro-alimentaire empêtrée dans un scandale sanitaire, le malheureux Edens semble avoir succombé à une crise de lucidité. Selon l'habitude, Clayton est appelé à limiter les dégâts. Cette fois, il n'en fera rien, bien au contraire?Gilroy vient du scénario et cela se voit. La construction dramatique de son premier long métrage est habile, usant du retour en arrière et de l'ellipse avec une grande maîtrise. Bien joué, avec une mention spéciale pour Sydney Pollack qui impressionne en avocat marron intense, et une Tilda Swinton parfaite de cynisme dans le rôle de la directrice juridique de U North, «Michael Clayton» pêche cependant par excès d'idéalisme. / vad

Neuchâtel, Bio; 1h59
Votre publicité ici avec IMPACT_medias