Un duo théâtro-éducatif qui vaut le détour

13 avr. 2008, 12:00

Expliquer la violence avec intelligence, c'est autoriser le pragmatisme. Si votre nièce ne s'intéresse qu'à Pop Star et que votre petit-fils n'a d'yeux que pour sa console de jeux (brutaux) emmenez-les à la Maison du concert, le temps d'un ou deux spectacles, à choix, de la compagnie Théâtre à tous les étages (photographie SP). Adaptées de textes de François David, deux histoires percutantes d'actualité retracent les parcours des jeunes qui réfléchissent et se débattent dans les méandres de la vie réelle ou fantasmée.

La Baffe (dès douze ans), mise en scène proposée par Cédric Pipoz, raconte le destin d'une jeune femme ébranlée par un coup inattendu. Une bande de malfrats qui s'adonne au «happy slapping» (soit frapper les gens sans aucun motif) la prend pour cible. Violence d'abord physique puis psychique? On observe comment l'adolescente tombe dans une perplexité grave la rongeant de l'intérieur. Victime, elle se surprend à son tour à vouloir être un bourreau. La pièce se vit comme une alternance entre la vision évolutive de la jeune femme et la réalité amère d'un groupe de banlieue.

Sylvie Girardin signe la mise en scène de Chat qui vole (dès huit ans). Petite perle de poésie perspicace prenant le c?ur de celui qui sait encore s'émerveiller. Dans un monde étrange et policé nommé l'Esotie, les enfants des rues mènent une drôle de vie. Une contrainte omniprésente les force à des aberrations. Pourtant, Manzado, petit gras débrouille à l'âme ardente, transforme la soumission imposée grâce à son imagination. Avec la complicité de son chat acrobate, il va changer le cours de son quotidien et accomplir ses désirs d'enfant. Voyage entre le cirque et l'orchestre, où les caricatures déclenchent des fous rires.

Des thèmes sensibles sont abordés par des biais adoucis mais francs, ce qui rend les récits encore plus poignants, presque militants. Ce dernier spectacle, au-delà de la visée éducative, favorise l'être au monde et l'imagination.

A déguster au plus vite avec les petits mais aussi avec les grands.

Neuchâtel, Maison du concert, «La baffe», les 17 et 18 avril à 20h et les 12, 13, 19, 20, 26 et 27 avril à 19 heures. «Chat qui vole», les 12, 13, 19, 20, 26, 27 et 30 avril à 17 heures