Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le popotin

30 janv. 2010, 10:47

La chaîne culturelle Arte a la particularité de traiter des sujets de société qu'une autre TV hésiterait à diffuser pour ne pas être classée X. Sous l'égide de la culture, elle a programmé une étude sur les m½urs intitulée «La face cachée des fesses». Selon Arte, ces dernières peuvent se révéler un objet de désir ou de tabou. De rébellion aussi, à l'instar de Polnareff qui a exhibé les siennes sur les Champs-Elysées en 1972.

On doit admettre le pouvoir de la chose qui a inspiré les peintres et les poètes.

Lorsque Georges Brassens fait l'éloge de la fessée qui se termine par une caresse et donne au popotin le surnom de fêlure congénitale; quand le moustachu, dans une chute lyrique pour une belle chute de reins, supplie une Vénus callipyge: «Surtout, par faveur, ne vous asseyez pas!»

La croupe est donc un creuset de chansons paillardes, de bons mots qui peuvent se révéler grivois, moqueurs ou culottés. Bizarrerie de la langue, ce dernier terme est inapproprié puisque la culotte est absente du décor...

Le documentaire d'Arte offrait la parole à des scientifiques, des psychanalystes, des écrivains, des historiens d'art. Il faut toujours que la télévision délègue des experts, c'est vexant! Sur ce sujet-là, ce n'était pas utile pour le fin connaisseur!

On se quitte ici sur les paroles de Claudine Cohen, professeure à l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales: «Le muscle fessier, le plus puissant et volumineux, est le propre de l'homme en lui permettant la station bipède.» Je suis rassuré, mon texte tient debout...