Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Thabo Sefolosha renforcera l'équipe de Suisse à Neuchâtel

Les amateurs de basketball de la région peuvent se réjouir. Thabo Sefolosha, le Suisse qui évolue en NBA, au Oklahoma City Thunder, et l'équipe de Suisse logeront et joueront à deux reprises à Neuchâtel, au mois d'août prochain.

01 mai 2009, 09:58

Au mois d'août, l'équipe de Suisse se replongera dans la phase qualificative pour le championnat d'Europe. Le 15 et le 22, elle se déplacera en Albanie et en Biélorussie. Entre deux et juste après, elle recevra Chypre (le 19) et la Roumanie (le 26) à... la Riveraine! La sélection nationale prendra même ses quartiers à Neuchâtel le 11.

Bonne nouvelle: Thabo Sefolosha, le Suisse de NBA, l'a confirmé hier, lors d'une conférence de presse donnée «chez lui», à Vevey. Il sera de la partie, pour le plus grand plaisir de Sébastien Roduit, l'entraîneur national. «Thabo avait déjà exprimé son désir de participer l'an passé», raconte le Valaisan. «Là, il nous fallait trouver une solution qui puisse satisfaire tout le monde (réd: notamment au niveau des assurances). Je suis très très heureux de sa présence, parce que cela nous offre davantage d'options. La Suisse a la chance d'avoir un joueur comme Thabo, c'est bien pour l'intérêt médiatique et sportif.»

Sébastien Roduit va même plus loin. La présence du Veveysan peut presque paraître... incongrue à ce niveau. «De par son immense potentiel et l'expérience acquise en NBA, à Oklahoma City, Thabo Sefolosha a une classe nettement supérieure à celle du groupe B du championnat d'Europe.»

Pourtant, le coach ne veut pas non plus mettre trop de pression sur les épaules de son joueur vedette. «J'attends beaucoup de lui, c'est vrai, mais ce n'est pas Jésus-Christ qui descend du ciel», déclare-t-il. «Par sa présence, il pourra galvaniser ses coéquipiers. Le rendement de l'équipe devrait s'améliorer. Encore faut-il que l'amalgame se fasse. Mais pas de souci, nous allons l'intégrer!»

Mais quelles sont les chances helvétiques dans cette campagne? «Je pense qu'elles sont bonnes», réplique Thabo Sefolosha. «Nous sommes deuxièmes ex-aequo (réd: le premier, actuellement la Biélorussie, et le meilleur deuxième passent en barrage) et nous avons déjà fait de bons très bons matches. Contre Chypre, c'est faisable, et nous devrions être à la lutte avec la Roumanie. On sait que ce sera difficile (réd: la Suisse a un déficit «abyssal» au point-average, selon Sébastien Roduit), mais ça motive de pouvoir réessayer d'atteindre le groupe A. J'ai vraiment confiance en notre groupe. En plus, pour moi, c'était important de revenir en équipe de Suisse.»

Avec un moteur comme lui, qui sait se fondre dans un collectif, l'équipe nationale a tout à y gagner. On le disait, les Neuchâtelois amateurs de basketball peuvent se réjouir. /FTR

Votre publicité ici avec IMPACT_medias