«Terre d'asile» auscultée

Le rapporteur spécial sur les formes contemporaines de racisme, Doudou Diène, est passé hier par Neuchâtel. Fustigeant la banalisation de la xénophobie, il s'intéresse de près aux nouvelles lois sur l'asile et les étrangers «Si j'ai choisi la Suisse, c'est parce que j'ai été interpellé par le nombre de débats et de votations sur des questions liées aux étrangers. Je me félicite de ce questionnement qui semble très vivant, mais je m'interroge: pourquoi en faire autant?» Le Sénégalais Doudou Diène, de passage hier à Neuchâtel, est le premier rapporteur spécial de l'ONU sur les formes contemporaines de racisme et de xénophobie à choisir la terre helvète pour terrain d'observation. Un terrain choisi après le rejet, en 2004, de la votation sur la naturalisation facilitée pour les étrangers des 2e et 3e générations et la découverte de cette affiche «présentant des mains noires et crochues tendues vers une pile de passeports suisses».

13 janv. 2006, 12:00

Un signe clair, selon lui, de cette banalisation du racisme qu'il observe, décortique et dénonce dans chacun de ses rapports. «J'ai la conviction qu'une des grandes questions actuelles est la recrudescence de la multiculturalité, souvent à la source d'une mentalité raciste. Je veux savoir comment la Suisse envisage cet enjeu».

Avant la Russie, Neuchâtel

S'informer avant de critiquer: tout au long de cette semaine, il a donc multiplié les rencontres aux quatre coins du pays, arpentant les cantons du Tessin et de Bâle avant de rallier Berne pour y rencontrer les conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Christoph Blocher. Ceci après avoir récemment visité le Brésil et le Japon, et juste avant un voyage en Russie...

A Neuchâtel, il a apprécié les efforts réalisés en matière d'intégration, notamment grâce au Bureau du délégué aux étrangers, premier du genre en Suisse. Tout en se disant interloqué «par les disparités de fonctionnement entre les cantons: j'ai l'impression d'avoir traversé des galaxies différentes! Pourquoi ne pas mieux coordonner les actions au niveau national?» Un point sur lequel il compte bien s'attarder dans le rapport qu'il rédigera pour l'ONU.

Durcissement de l'asile

Autre chapitre sur lequel il s'appesantira, les nouvelles lois sur les étrangers et sur l'asile acceptées récemment par le Parlement. «Tout ce que j'ai entendu jusqu'ici montre un durcissement sensible de la politique menée envers les étrangers. C'est une tendance lourde, reflet d'un facteur qui me préoccupe sur le plan mondial...» Et de s'inquiéter «de la prégnance des programmes xénophobes, issus des partis extrêmes qui se démocratisent, sur les partis politiques traditionnels: une ligne rouge, et grave, est en train d'être franchie!» Une illustration, selon lui, de cette «banalisation du racisme et de la xénophobie» à laquelle il est particulièrement attentif. «C'est cette atmosphère qui détermine la politique envers les étrangers».

Avec, toutefois, de quoi se réjouir: les référendums lancés récemment contre ces deux nouvelles lois. Ils témoignent «d'un sursaut de la citoyenneté: d'un côté, on durcit, de l'autre, un combat idéologique, politique et culturel s'engage, témoignant d'une certaine vitalité. Mais est-elle encore un garde-fou face à cette évolution de la société?», se demande-t-il, tout en promettant un rapport «honnête et rigoureux». Un document qui aura surtout valeur de symbole pour les autorités, qui se verront «recommander» quelques lignes de conduite.

Alors, la Suisse, un pays pas vraiment au-dessus de tout soupçon? A l'issue de son passage à Neuchâtel, Doudou Diène observe et ne se prononce pas encore. Mais avant de s'en aller, il jette encore un pavé dans la mare... «Comment expliquer le fait que les étrangers d'origine balkanique sont de mieux en mieux acceptés, alors que les Africains sont très discriminés? Il s'agit de réfléchir sérieusement à la catégorisation des étrangers!» / FLH

Racisme ou discrimination

Dans la matinée d'hier, Doudou Diène a rencontré, à Neuchâtel toujours, la Commission fédérale des étrangers, présidée par le Neuchâtelois Francis Matthey.

Sur quel sujet a porté votre entrevue avec Doudou Diène?

Francis Matthey: Nous avons exprimé notre ressenti sur la situation d'ensemble vécue en Suisse autour des questions de racisme et de discrimination à l'embauche. Doudou Diène voulait connaître notre sentiment général sur ces questions.

Et quel est-il?

F.M.: Nous constatons un durcissement de l'opinion publique par rapport aux étrangers, une augmentation de la méfiance et de l'hostilité. Mais je trouve un peu trop fort de parler de racisme: je préfère évoquer une attitude de discrimination, de non-acceptation. Il y a eu des manifestations aux relents racistes, certes, mais il ne faut pas tirer de généralités trop rapidement...

Doudou Diène se dit étonné des disparités cantonales en matière d'intégration des étrangers. Pourriez-vous intervenir pour améliorer les échanges?

F.M.: Nous le faisons déjà, en organisant chaque année une journée nationale de l'intégration ou en invitant toutes les commissions cantonales et communales pour l'intégration à se rencontrer. Mais le manque de contact est aussi dû à notre système fédéraliste. / flh