Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Sylvio Bernasconi se dit désormais «plus confiant»

Licence et finale de Coupe de Suisse: tout baigne à Neuchâtel Xamax.

27 avr. 2011, 11:26

Au lendemain de la qualification de Neuchâtel Xamax pour la finale de la Coupe de Suisse le 29 mai prochain, le président Sylvio Bernasconi a appris que son club, comme tous ceux actuellement en Super League, avait obtenu sa licence pour la prochaine saison de la commission des licences de la Swiss Football League. «Vous savez, ce n'est pas une surprise», explique-t-il. «Je n'avais aucun souci pour cette licence. Depuis que j'ai repris le club en 2005, nous l'avons toujours obtenue. Pour les choses dont je m'occupe moi-même, ça fonctionne toujours!»

En ce qui concerne cette place en finale de la Coupe de Suisse, conquise de haute lutte lundi à Zurich, «il s'agit de notre meilleure performance sportive depuis mon arrivée à la tête du club il y a six ans», se félicite Sylvio Bernasconi. «Mais il a fallu aller la chercher, cette qualification! Et avec les tripes, je peux vous l'assurer! Nos joueurs ont vraiment fait tout juste pour ce match et cela face à une des meilleures équipes du championnat. C'est donc une énorme satisfaction pour moi.»

Mais le président de Xamax ne veut pas se contenter de cette victoire. Avant de penser à la finale du 29 mai, il veut surtout assurer le maintien en Super League. D'autant qu'il cédera la présidence du club le 12 mai prochain et qu'il entend bien se retirer en ayant assuré la place du club dans l'élite.

«Nous devons continuer sur cette lancée. L'équipe va mieux, elle n'a plus perdu depuis quatre matches. Dès la fin du match lundi soir, tous les joueurs ne sont pas tombés dans l'euphorie et ils se concentrent déjà sur les prochaines échéances du championnat. Tout d'abord la rencontre de jeudi, à nouveau contre Zurich au Letzigrund, où il serait bien que nous prenions un point. Et surtout le match le plus important, dimanche contre Saint-Gall à la Maladière, où nous devons absolument remporter la victoire. Mais je suis plus confiant aujourd'hui que je ne l'étais il y a encore quelques jours... L'équipe joue mieux et on devrait en récolter les fruits.»

Mais Sylvio Bernasconi a quand même un œil sur la finale du 29 mai. Contre Sion ou Bienne, on le saura demain soir. Le président a-t-il une préférence? «Oui, bien sûr, mais je ne vous dirai pas qui», lance-t-il en rigolant. «Mais vous devez bien le deviner! De toute façon, aucun match n'est jamais gagné d'avance, il faut les jouer d'abord. Mais on aimerait vraiment la gagner, cette Coupe de Suisse. Ce serait le pied si on la ramenait à Neuchâtel!»

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias