Sursis contesté pour les chalets

Les gouvernements vaudois et fribourgeois souhaitent surseoir, à certaines conditions, aux destructions de chalets sur la rive sud du lac de Neuchâtel. Mais les organisations écologistes sont mécontentes.
02 août 2015, 00:08

Les propriétaires des 182 chalets situés dans les réserves naturelles de la rive sud pourront éviter la démolition prévue pour fin 2008 au plus tard. A une condition: signer un «contrat nature» les assujettissant à des conditions d'utilisation précises. C'est en tout cas le projet des autorités des deux cantons concernés, qui l'ont présenté hier à Estavayer-le-Lac. Le conseiller d'Etat fribourgeois Beat Vonlanthen a parlé de «solution raisonnable». Son homologue vaudois Charles-Louis Rochat a ajouté: «L'autorité politique qui déciderait de raser ces chalets ne prendrait pas tant le risque de l'impopularité que celui de l'infaisabilité.»

La solution des contrats nature - d'une durée de cinq ans, renouvelable - sera soumise aux parlements des deux cantons. Les gouvernements prendront leur décision définitive suite à ces débats. Ces décisions pourront être attaquées devant le Tribunal administratif cantonal. «Ce que nous ne manquerons pas de faire», a dit Michel Bongard, de Pro Natura Vaud.

Avec l'Association suisse pour la protection des oiseaux et le WWF, cette organisation environnementale est opposée à la solution du contrat-nature. Celui-ci ne serait qu'un moyen de pérenniser les résidences secondaires situées dans les zones naturelles protégées, au mépris de la loi et de l'intérêt public prépondérant à préserver la plus grande zone humide de Suisse. / ats-réd