Soutien à l’abattoir neuchâtelois des Ponts-de-Martel

Les députés neuchâtelois ont classé une pétition d’activistes de la cause animale. Ceux-ci demandaient que le canton cesse de subventionner l’abattoir des Ponts-de-Martel.

21 janv. 2020, 21:58
Abattage de bovins a la cooperative de l'abattoir regional des Ponts-de-Martel, le seul du canton    LES PONTS-DE-MARTEL  15 12  2014  Photo: Christian Galley

Munie de plus de 4000 signatures, une pétition de l’association pour l’égalité animale (PEA) avait été déposée devant le Grand Conseil en juin 2019. Dénonçant des conditions d’abattage «épouvantables» dans l’installation des Ponts-de-Martel, elle demandait que celle-ci ne puisse plus bénéficier de subvention cantonale. Par 92 voix contre une et 12 abstentions, le parlement a décidé de ne pas donner suite à cette pétition.

Les images publiées par PEA ont été suivies d’effets. «Nous avons imposé un effort de formation l’année passée et le coaching que nous avons confié à un expert tiers continue», a précisé le conseiller d’Etat Laurent Favre. «Nous cadrons et appuyons cet abattoir. Il joue un rôle important pour le maintien d’un circuit court entre producteurs et consommateurs, indispensable dans une région d’élevage comme le canton de Neuchâtel.»

«En demandant que toute subvention publique soit refusée, on dépasse très largement le débat sur l’abattoir: on est sur une position idéologique contre tout abattage», a relevé le député socialiste Pierre-Alain Borel. Au nom des libéraux-radicaux, Mary-Claude Fallet a aussi exprimé une méfiance par rapport aux prises de position des pétitionnaires.