Réservé aux abonnés

Sexe, livecam et semi-confinement: une étude neuchâteloise vous dit tout

Les prestations érotiques par visioconférence sont en plein boom. Le phénomène des «camgirl» et des «camboy» a pris de l'ampleur durant la pandémie, selon une thèse en cours à l'Université de Neuchâtel.

24 août 2020, 08:58
Le travail du sexe se développe de plus en plus dans le monde numérique, notamment via le livecam (image d'illustration).

Zoom, Skype ou encore Jitsi: ces applications de visioconférence se sont révélées très utiles pendant le confinement. Pour les traditionnelles réunions de travail, certes, mais pas seulement. Il est en effet désormais possible d’obtenir une prestation érotique par caméras interposées, en direct, qu’on appelle aussi «livecam». Ces services sexuels prennent de plus en plus d’ampleur en Suisse comme ailleurs, selon une thèse de doctorat actuellement menée par Salom...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois