Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Selon "Deca", si la Suisse ne se qualifie pas, cela veut dire qu'elle ne mérite pas d'aller en Russie

L'urne a désigné l'Irlande du Nord comme adversaire de l'équipe de Suisse dans les barrages qualificatifs pour la Coupe du monde 2018. Michel Decastel nous donne son opinion.

17 oct. 2017, 13:59
/ Màj. le 17 oct. 2017 à 17:19
La route de l'équipe de Suisse passe par les barrages.

Comme tous les passionnés de football en Suisse, l'entraîneur de Neuchâtel Xamax FCS se réjouit du verdict des urnes. "C'est le meilleur tirage possible pour la sélection de Vladimir Petkovic", estime Michel Decastel. "C'est mieux que de tomber contre les Suédois, la Grèce ou l'Eire. Franchement, si la Suisse ne se qualifie pas, cela veut dire qu'elle ne mérite pas d'aller en Russie."

Selon le mentor de la Maladière, la Suède était l'adversaire le plus redoutable que Xherdan Shaqiri et consorts pouvaient affronter en barrages. Et ce, même si les Scandinaves ne possèdent aucun nom clinquant dans leur sélection depuis la retraite d’Ibrahimovic après l’Euro 2016. "L'équipe reste solide et difficile à manoeuvrer."

Tout le monde s'en souvient. Lors des barrages pour la Coupe du monde en Allemagne, la Suisse avait vécu l'enfer à Istanbul la nuit du 16 novembre 2005, terminée par une dramatique bagarre dans les vestiaires. Elle aurait pu connaître une athmosphère tout aussi explosive si elle était tombée contre les Hellènes. "En effet, ce n'est jamais évident d'aller jouer là-bas. Mais mis à part l'ambiance, il aurait fallu se méfier surtout de la roublardise des Grecs."
 

 

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias