«Sacré coup de filet!», l’air du temps d’Anouchka Wittwer

Découvrez la chronique «air du temps» d’Anouchka Wittwer.

11 déc. 2019, 05:30
AirDutemps-AnouchkaWittwer

Tambours battants, la France d’en-bas s’est levée jeudi dernier vent debout contre la réforme des retraites qui turbine dans les tuyaux du gouvernement. De nombreux corps de métier se sont prêtés au jeu de la grève générale, sans vraiment lancer de pavé dans la mare: les gilets jaunes avaient déjà mis le feu aux poudres une année plus tôt, tirant à boulets rouges et sans vergogne sur la politique du président, au grand dam de la majorité silencieuse (qui, elle, ne connaît pas la crise).

Las, même dans la tourmente, Macron persiste et signe, quitte à risquer la descente aux enfers. Il est resté droit dans ses bottes, ajoutant de l’eau au moulin des manifestants. Jupiter serait-il sur le gril, ou fait-il monter les enchères?

En tous les cas, il devra revoir sa copie et lever le pied s’il compte sortir de l’impasse et éviter un scénario catastrophe. Déjà sur le fil du rasoir, le président est attendu au tournant par des grévistes qui atteindront bientôt leur vitesse de croisière, et qui ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.

Fini les coups de com’ et la langue de bois! Pour sauver le soldat Macron et voir le bout du tunnel, le gouvernement devra se saisir de ce serpent de mer, l’examiner à la loupe, et affronter le feu des critiques. Les grévistes veulent aussi leur part du gâteau, incompatible avec le matraquage fiscal qu’ils subissent, disent-ils.

Cerise sur le gâteau, une source proche du dossier affirme avoir entendu le même son de cloche à l’Assemblée, parmi des interlocuteurs triés sur le volet… L’année se termine donc sur les chapeaux de roues pour ce président à la croisée des chemins, une lourde épée de Damoclès pendant au-dessus de sa tête.

Pour se remettre en selle et prévenir un échec cuisant, il lui faudra détruire la ligne Maginot derrière laquelle il se barricade.

Ironie de l’histoire, mon air du temps est un inventaire à la Prévert qui répertorie les 50 expressions qui ont le vent en poupe chez les journalistes. Affaire à suivre!