Romandie: une bande de voleurs de commerces interpellée

Quatre hommes suspectés d'avoir commis une cinquantaine de vols dans des commerces genevois, vaudois, neuchâtelois, jurassiens et valaisans ont été interpellés. Les polices vaudoise, genevois, neuchâteloise et française ont collaboré pour réaliser ce coup de filet.
07 août 2015, 13:34
La police vaudoise, en collaboration avec les polices genevoise, neuchâteloise et française, a mis la main sur quatre hommes suspectés d'avoir commis une cinquantaine de cambriolages dans des commerces proches de la frontière franco-suisse en 2012 et 2013.

La police vaudoise, en collaboration avec les polices genevoise, neuchâteloise et française, a mis la main sur quatre hommes suspectés d'avoir commis une cinquantaine de cambriolages dans des commerces proches de la frontière franco-suisse en 2012 et 2013. Le montant de leur butin dépasse les 700'000 francs.

Ces délits, qui ont eu lieu entre avril 2012 et juillet 2013, ont été commis dans les cantons de Vaud, Genève, Neuchâtel, du Jura et du Valais, écrit vendredi la police cantonale vaudoise dans un communiqué. Les quatre hommes, âgés de 23 à 32 ans et domiciliés en France, sont suspectés de vols par effraction.

La bande organisée a commis plus de cinquante vols dans différents commerces, principalement des stations-service suisses, dont plus de la moitié dans le canton de Genève et une quinzaine dans le canton de Vaud. Pour se déplacer, les hommes utilisaient généralement plusieurs véhicules, dont certains volés, lesquels étaient ensuite incendiés en France, après que les méfaits ont été commis, précise la police.

Les commerces visés par les malfaiteurs, d'origine albanaise, arménienne et kosovare, se tenaient principalement à moins d'un kilomètre de la frontière, pour garantir leur chance de fuite. En moyenne, ils ont volé plus de 200 cartouches de cigarettes lors de chaque cambriolage et le préjudice total dépasse les 700'000 francs.

Interpellés en France

C'est une première arrestation, effectuée en Suisse en avril 2013, qui a permis de confondre trois complices. Placés sous mandat d'arrêt international par le Ministère public de la Côte, ils ont été interpellés sur sol français et extradés vers la Suisse. Après avoir satisfait aux besoins de l'enquête, un des hommes a été libéré. Les trois autres sont toujours en détention provisoire.