Qui paie la note?

Ainsi les jeunes enseignants aspirent-ils à une meilleure reconnaissance sociale de leur profession, à en croire une enquête rendue publique cette semaine. Leur métier est difficile et important, c?est vrai. La mission n?est plus seulement d?inculquer les finesses des maths, des langues ou des sciences à la jeunesse. A l?heure où certains parents démissionnent, où une frange minoritaire mais croissante d?ados en mal de repères dérape, la société assigne aux maîtresses et aux profs un rôle d?éducateur. Parfois de souffre-douleur. Les efforts et la capacité d?adaptation d?une grande majorité d?enseignants, novices ou expérimentés, méritent assurément la reconnaissance publique.
01 août 2015, 23:40

Mais à quand une enquête sur le degré de satisfaction des anciens élèves face à l?école? Aujourd?hui comme il y a 20 ou 30 ans, des «pions», fatigués ou pas à leur place, manquent singulièrement de psychologie, voire de respect, envers des jeunes en pleine construction sociale et identitaire. Cette réalité-là aussi, avec son lot de souffrances, mérite d?être reconnue. / AxB