«Question de point de vue», l’air du temps de Patrick Turuvani

Découvrez la chronique «Air du temps» de Patrick Turuvani, journaliste à «ArcInfo»

06 déc. 2019, 05:31
AirDutemps-PatrickTuruvani

Pour un Européen, ça ne fait pas un pli: l’Asie est à l’est et les Etats-Unis à l’ouest (et même complètement à l’ouest depuis l’élection de Donald Trump). Mais pour un Américain de la côte Pacifique, c’est l’Europe qui se trouve à l’est et l’Asie à l’ouest. Et pour un Chinois, l’Europe pointe à l’ouest et les Etats-Unis à l’est.

On s’y perdrait presque, comme Perceval avec la gauche et la droite dans la série «Kaamelott» («ça veut rien dire ces machins, selon comme on est tourné, ça change tout»).

C’est la rotondité de la Terre, qui fait que si l’on tire constamment à l’est depuis un point G (pour géographique), on arrivera forcément par l’ouest à son point D (pour départ). Sauf aux deux Pôles, où les quatre cardinaux ont toujours aimé se réunir au même endroit pour faire le point.

Tout ça pour dire que dans une vie où chacun s’imagine au centre du monde, tout est question de point de vue, et que c’est précisément dans cette multiplicité des idées que se niche ce qui ressemble le plus à la vérité. L’échange, le rebond, l’argument qui fait naître le doute, tout cela fait la richesse du débat bien mené.

Dans cette logique d’écoute, il n’y a rien de pire que les «je-sais-tout» qui ponctuent chacune de leurs phrases d’un «point barre» ou d’un «punkt schluss» rédhibitoire (selon la proximité avec la frontière bernoise). Parce qu’ils refusent l’idée même de se laisser surprendre par une argumentation contraire mais pertinente.

J’anticipe la remarque: oui, il m’arrive parfois d’être un peu comme ça. Et ça m’énerve.