Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Que celui qui applaudit le premier se dénonce!

15 sept. 2009, 12:04

On prête joie et bonne humeur à nos amis les chiens quand ils remuent la queue. Un même mouvement caudal trahit l'agacement ou la contrariété chez le chat. Ce qui, sans doute, peut induire bien des malentendus entre chiens et chats, mais là n'est pas le propos.

Qu'il soit brave bête ou fier animal, l'humain, lui, manifeste son approbation ou sa joie de la même manière: il applaudit. Quelle chose étrange, si l'on y songe, que ce crépitement de paumes qui, lorsqu'il frise la frénésie, n'est pas sans douleur...

Qui le premier eut l'idée saugrenue de manifester sa joie en frappant ainsi ses mains l'une contre l'autre? Les poissons qui s'extirpèrent de la mer? Et qui, gênés par les traces de terre s'accrochant à leurs nageoires eurent l'idée de cette brusque claque pour s'en débarrasser?

Ou, plus tardivement, nos ancêtres du paléolithique qui, dans la grotte de Lascaux, s'ébaubirent devant leur art pariétal? Imaginons... Assis en cercle, ils regardent le peintre tracer les contours de la licorne, de l'ours ou du grand auroch noir. Emerveillé l'un d'eux bat des mains.... Comment décrypta-t-on d'abord ce geste spontané, qui pouvait tout aussi bien être celui du chasseur de mouches ou du fou croyant capturer l'air?

Ou l'homme, alors, imita l'otarie, qu'à tort on croit avoir initiée à ce numéro de dressage...

Mystère. A mes yeux aussi insondable que le fonctionnement du robinet ou la théorie de la relativité…

Votre publicité ici avec IMPACT_medias