Réservé aux abonnés

Quand le personnel d'entreprise est averti après tout le monde

Par peur d'être sanctionnée par la Bourse suisse ou dans le cas de licenciements collectifs, la direction ne communique plus avec la base.
24 déc. 2014, 00:01
data_art_8711949.jpg

Le personnel d'entreprises cotées est parfois le dernier au courant lors de rachats ou de licenciements. Par peur d'être sanctionnées par la Bourse suisse, certaines firmes informent d'abord la presse et la bourse, hors heures de cotation. Pourtant, toutes les parties interrogées estiment qu'il est possible d'avertir le personnel simultanément, voire même avant.

Stupeur à Neuchâtel au printemps 2014 chez les employés d'Oscilloquartz. Ils apprennent par des alertes sur leur smartphone que leur entreprise a été vendue par Swatch Group, numéro un mondial de l'horlogerie, au groupe allemand ADVA O...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois