Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Prêt à écouter toutes les doléances»

Le Français Gérard Lopez prend les rênes de la promotion exogène neuchâteloise. Manager d'expérience internationale, à Neuchâtel depuis dix ans, il se réjouit de contribuer à l'essor du canton Un manager d'expérience internationale prend les rênes de la promotion économique exogène: le Français Gérard Lopez, âgé de 45 ans, vient d'être nommé à la direction du Développement économique neuchâtelois (DEN). Il succède à Alpaslan Korkmaz, qui avait fait part de sa démission en janvier. Il sera, comme son prédécesseur, «chargé de favoriser l'implantation de projets industriels et tertiaires», a communiqué hier la Chancellerie d'Etat.

03 mars 2006, 12:00

Gérard Lopez est installé depuis dix ans sur sol neuchâtelois: «J'ai été appelé ici en 1995 pour le compte du groupe informatique Digital Equipment, nous a-t-il indiqué par téléphone. J'ai ensuite travaillé à l'implantation de Silicon Graphics, avant de reprendre la direction de Merisant.» Un poste quitté en janvier de cette année: «Je voulais réorienter ma carrière professionnelle, et lorsque j'ai appris que le poste d'Alpaslan Korkmaz se libérait, je me suis dit que ce serait une bonne façon de contribuer à développer l'activité régionale.»

Du dedans et du dehors

Marié et papa de trois enfants, le Français est très attaché au canton de Neuchâtel, avoue-t-il. Et il a l'avantage de connaître la promotion économique non seulement du dehors - puisqu'il a bénéficié de ses avantages -, mais aussi de l'intérieur: «J'ai collaboré à plusieurs reprises avec le DEN dans le cadre de projets d'implantations. Je sais donc comment la structure fonctionne.»

Et c'est «sans aucune crainte» qu'il s'apprête à démarrer des activités très critiquées ces derniers mois: «Je suis prêt à relever ce challenge, à écouter toutes les doléances, s'il y en a, car je suis un homme très pragmatique. Le bilan de la promotion économique me paraît jusqu'ici très positif.»

Cette nomination permettra de garantir le suivi des projets en cours jusqu'à ce que la commission consultative du Conseil d'Etat chargée d'évaluer la promotion économique se détermine sur son organisation future.

Gérard Lopez pourrait-il être appelé, par la suite, à diriger une superpromotion économique réunissant l'endogène et l'exogène? «Ce n'est pas impossible, tout est ouvert», répond le conseiller d'Etat Bernard Soguel, chef du Département de l'économie. Qui relève que Gérard Lopez a été nommé en tant que directeur, ceci pour respecter la volonté du conseil du Dews de séparer les casquettes des responsables des cantons et du patron du Dews.

Le Conseil d'Etat a donné sa préférence à un manager issu du secteur privé, sachant que «la principale qualité, pour ce poste, c'est d'être un bon vendeur du canton», estime Bernard Soguel. «Gérard Lopez a par ailleurs occupé plusieurs fonctions dirigeantes, et à mon sens, le DEN doit être dirigé comme une entreprise.»

«Amoureux du canton»

Alpaslan Korkmaz travaillera avec le nouveau directeur jusqu'à fin mars. «Il était important que mon successeur ait un véritable esprit d'entreprise, relève-t-il par ailleurs. Je connais Gérard Lopez depuis quatre ans. C'est un excellent promoteur du canton de Neuchâtel, et il en est d'ailleurs quasiment tombé amoureux...»

Du côté du Dews, structure de promotion exogène des cantons de Neuchâtel, Vaud, Jura et Valais, la succession de Francis Sermet, lui aussi démissionnaire, se précise: «Nous avons eu différentes réunions entre conseillers d'Etat, note Bernard Soguel. Un certain nombre d'auditions ont déjà eu lieu. Une décision devrait être prise assez rapidement.» /FRK

Votre publicité ici avec IMPACT_medias