Pour Charlou Nada, les mots ont déjà leur propre musique

La Neuchâteloise a sorti un deuxième album étonnant de maturité.

02 août 2012, 07:00
data_art_6261769.jpg

Pour les récitals classiques, au piano, elle se nomme Charlotte Graber. Quand elle prend sa guitare ou s'assied devant son Fender Rhodes, son piano électrique, elle devient Charlou Nada. Cette jeune fille, née en 1990 au Locle, apparaît frêle, presque fragile, sur cette terrasse, à deux pas du Conservatoire de Neuchâtel. Elle y a effectué une partie de ses études et termine actuellement son Bachelor de musicologie à l'Université de Genève. Elle jongle entre ces deux univers, Charlou Nada, mais elle tient à les différencier.

Si elle n'apprécie pas trop l'ambiance compétitive du Conservatoire, la chanson lui permet de souffler. "Dans l'idéal, j'aimerais marier ces deux mondes. Je ne ressens pas cet esprit dans la musique contemporaine." Elle préfère parler de pop, " il y a beaucoup de choses à pêcher dans cet univers, c'est très ouvert." Dans ses références francophones, elle cite Pauline Croze ou Emilie Simon dont elle salue la polyvalence: "J'aimerais, comme elle, composer des musiques de film", glisse la Locloise.

Après un premier quatre titres en 2009, elle a sorti, ce printemps, cinq morceaux sous une jolie jaquette: un arbre sans feuille. Cet album est le fruit des dix jours en résidence en février à la Grange au Locle. " Tout était écrit avant, mais les musiciens ont amené leurs pattes, l'ingénieur du son Julien Fehlmann en particulier." Et le batteur Mathieu Amstutz ainsi que le bassiste Fred Erard ont également posé leur touche. "Mon trio est bien établi, on va tourner ensemble."

"Cette résidence, c'est mon vrai début. Tous marchaient dans la même direction. J'ai appris à me soucier du son, à gérer un projet." Charlou Nada compose parfois au piano, parfois au Rhodes, acheté récemment. "Quand j'ai déjà la mélodie, il est plus difficile d'y coller des mots, l'inverse est plus facile, les mots ont déjà leur musique." Ses paroles, elle les définit comme un puzzle: " J'ai des bouts, mais je dois assembler..." Au début, ses textes étaient très explicites, sur son deuxième album, ils restent mystérieux. "On n'écrit pas les mêmes choses à 16 ans qu'à 22."

Pour la jeune fille timide, les débuts remontent à 2007, à la Plage des Six-Pompes, festival des arts de la rue chaux-de-fonnier. Elle aborde un artiste, "Quelqu'un d'ailleurs, je n'aurais pas osé sinon." Quelques mois plus tard, il lui a proposé de chanter ensemble, " et ça s'est bien passé." Depuis, elle compte une soixantaine de concerts. Elle n'exclut pas de chanter, un jour, en anglais. Parmi ceux qu'elle admire, elle nomme Patrick Watson, "ces arrangements sont très structurés. L'album est hyperintéressant, il a vraiment le sens de la forme." L'avenir de Charlou Nada sera dans la musique, "de toute façon, je ne sais rien faire d'autre...", sourit-elle.

 

Retrouvez ci-dessous  la chronique de Valérie Ogier sur Option Musique:

Charlou Nada. [mx3.ch/artiste/charlounada]

Une vidéo de Charlou Nada sur Youtube: