Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Où les forteresses s'écroulent plus vite que prévu

26 sept. 2008, 09:06

A la lecture de l'invitation, les mots «tektonik» et «electro» bien en évidence, vous avez quand même un léger haut-le-cœur. «Je t'invite à ma boum d'anniversaire», annonce le papillon, genre flyer, réduisant à néant vos espoirs de voir durer éternellement l'âge merveilleux des châteaux en lego. «Une quoi? Une boum??? Et tu vas y faire quoi à cette boum?» «Ben, mettre de la musique, s'amuser, danser, quoi!», bredouille l'ange. Qui n'est même pas cap, soit dit en passant, de couper sa viande tout seul à table... Deux jours et quelques appels désespérés à d'autres mères plus tard, vous baissez pavillon. Z'êtes visiblement une affreuse ringarde, une mère poule, tout juste bonne à lui enfoncer trois mots d'allemand dans le crâne. Le voici donc tout fringant à la porte du copain-qui-fête-ses-11-ans-par-une-boum, un Titeuf bien emballé sous le bras. S'ensuit, durant trois bonnes heures, une attente insupportable, meublée de souvenirs niais, de pubs Clearasil (pouah!) et de tubes d'Alphaville. Vous aviez quoi, 14 ans? Très légèrement en avance (20 minutes), vous sonnez. Une tête brune et familière entrebâille la porte: «S'te plaît m'man, encore trois minutes, on passe le dernier slow». Et blam!, il vous referme la porte au nez. Hein? Slow??? Mentalement, vous passez en revue les filles de sa classe et les visualisez dans votre salon, un bébé dans les bras, en train de vous livrer la dernière recette de curry à la mode. Rhâaaa! - Maman, tu crois qu'on aura le temps de la construire, la forteresse lego? Hé, maman, tu rêves?

Votre publicité ici avec IMPACT_medias