Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Nous sommes, vous êtes Charlie

L'éditorial paru aujourd'hui dans L'Express et L'Impartial avec le dessin de Vincent L'Epée.

08 janv. 2015, 10:39
Le dessin de Vincent L'Epée

La tuerie qui a décimé hier en fin de matinée nos collègues de «Charlie Hebdo» ne peut que nous bouleverser. En débarquant en pleine séance de rédaction du magazine ce mercredi matin, les assassins  se sont attaqués à un symbole de tous les professionnels de l’information. Ils ont voulu faire taire une voix dérangeante, celle de «Charlie Hebdo», mais ils visaient en fait l’essence même de la liberté d’expression.

Cette liberté est un des droits de base de la personne humaine. Il nous est cher à nous, les professionnels de l’information, les journalistes, les dessinateurs, les photographes, les techniciens, les informaticiens, les typographes, les rotativistes. Mais il est surtout important pour vous, lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes. La liberté d’expression, c’est le socle même de la démocratie: cette dernière ne peut se vivre sans cette liberté fondamentale.

En massacrant une rédaction, en s’attaquant aux forces de l’ordre qui la défendaient, les tueurs ont voulu museler cette liberté, en affirmant mettre au-dessus d’elle une religion, ou plutôt la vision qu’ils en ont. Mais il faut le dire et l’écrire inlassablement, les droits humains, et en particulier la liberté d’expression, ne peuvent pas être soumis à une religion ou à une culture. Ce sont des valeurs universelles, elles ne sont pas que le fruit d’une civilisation occidentale judéo-chrétienne. On peut ne pas être d’accord avec les dessins de «Charlie Hebdo», être choqué par ses caricatures sur l’islam ou Mahomet comme sur le catholicisme ou le pape. Et on peut le dire et l’écrire!

 Manifester son désaccord, c’est aussi une liberté d’expression. Mais les assassins qui ont tiré hier matin à Paris ont voulu, au nom de Dieu, aller plus loin encore. Faire taire définitivement ceux avec qui ils n’étaient pas d’accord.

Et là, nous devons dire non! Refuser non seulement cette violence aveugle qui vise des innocents, mais surtout refuser qu’au nom de Dieu – ou de quoi que ce soit d’autre – on veuille réduire au silence une voix, quelle qu’elle soit. Alors depuis hier, nous aussi, «nous sommes Charlie». Et probablement vous aussi.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias