Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Nos enfants, nos amours, nos amies

21 avr. 2010, 11:58

En tant que mère on finit toujours, fatalement, par parler de nos enfants, d'éducation et de nos petits tracas quotidiens... quand bien même la moitié d'entre nous déteste que les autres le fassent! Non pas que je n'aime pas mes enfants, bien loin de là! Mais j'estime qu'il n'est pas nécessaire, avec tous mes amis et connaissances, de systématiquement ne parler QUE d'eux.

Pour preuve, les conversations du genre «place de jeux»: «T'as vu comme le mien a fait des progrès? C'est dingue ce qu'il est avancé! Mais je te jure, je ne suis pas du genre à me vanter, mais sa prof m'a dit qu'il était vraiment au-dessus de la moyenne!» Sans compter les conversations quelque peu plus personnelles, entre nanas, entrecoupées de: «Ooooh! il est trop chouuuuu! t'as entendu, il a dit areuh en roulant les rrrr... Mais oui mon chéri, gouzi gouzi... Quoi? qu'est-ce que tu disais déjà?»

J'aime mes amies, j'aime les enfants, mais je crois bien que je n'aime pas toujours mélanger les deux... Aïe! J'en entends qui s'énervent: non, je ne parle pas d'écarter les enfants, ni les amies. Il est agréable, voire indispensable de partager nos expériences de parents, nos joies, nos doutes et nos angoisses, sauf qu'il n'y a pas que ça. Que les femmes continuent d'entamer d'autres sujets de conversation entre elles leur permettra également de prouver qu'être mère ne signifie pas être «coupée du monde». De mon côté, je remercie publiquement mes amies pour leur compréhension quand j'entame le chapitre «enfants» malgré moi!

Votre publicité ici avec IMPACT_medias