Réservé aux abonnés

Nos conseils pour réussir une bonne torrée neuchâteloise

La torrée est dans l'ADN des habitants du canton de Neuchâtel. D'où vient cette tradition? Quelles étapes faut-il respecter? Le roi de la torrée répond.
18 oct. 2017, 11:26 / Màj. le 18 oct. 2017 à 12:00
Ancien garde forestier du Locle, Charles-Henri Pochon (à gauche) est présenté par certains comme le roi de la torrée.

Ne bougez plus, on a trouvé le sujet qui unit les habitants du Bas, du Haut et des Vallées: l’avenir du canton se niche dans le saucisson, plus précisément celui qui, en automne, se cuit sous la braise. La torrée est une institution neuchâteloise dont Charles-Henri Pochon, ancien garde forestier du Locle, dit ceci: «Ce qui est génial, c’est qu’elle joint l’utile à l’agréable. Utile puisqu’il s’agit de nettoyer le pâturage au profit du bétail, agréable car elle ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois