Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Neuchâtel YS veut le titre national après le romand

Après le titre romand, Neuchâtel YS vise, dès ce soir, le sacre national en première ligue. Les dirigeants vont prendre des décisions définitives. C hampagne, cigares, soirée bien arrosée, les joueurs de Neuchâtel YS ont fêté dignement le titre romand de première ligue conquis mardi à Lausanne. La saison n'est pas terminée pour autant, ce soir débutent les finales suisses de première ligue avec le titre national à la clé. «Il s'agit de terminer le travail» claironne Alain Pivron, coach du Littoral. «Je ne joue pas pour perdre. Ce mot n'existe pas dans mon vocabulaire.» Comme, en plus, les «orange et noir» recevront la coupe de champion romand au début de match, un succès ce soir face à Dübendorf serait le bienvenu. Ironie de l'histoire - la petite... - cette rencontre se déroulera quasiment 16 ans jour pour jour après la rencontre historique du 19 mars 1991 (7-1 pour Neuchâtel YS) suite à laquelle les Neuchâtelois avaient été promus en LNB.

17 mars 2007, 12:00

Mais rien ne sera simple dans ces finales face aux Zurichois ni contre Zuchwil. «Le plus difficile reste à faire» insiste Alain Pivron. «Il s'agit de remobiliser l'équipe. Nous allons tout de suite nous rendre compte à qui nous aurons à faire. Si des gars ne se sentent pas concernés, ils ne seront pas alignés.» Pour l'instant, seul Patrice Brasey (blessé mardi contre Star Lausanne) sera absent. «Sa saison est terminée et sa carrière certainement aussi» regrette Alain Pivron, qui perd un élément-clé de son troisième bloc.

Avant cette partie, une autre aura lieu dans les bureaux des patinoires du Littoral. Elle se jouera entre les dirigeants du club neuchâtelois. Ils doivent prendre une décision définitive sur la promotion de leur club en LNB. «A 90% tout semble fait, mais il manque encore quelques garanties» souligne Pierre-Alain Schenevey, directeur technique de Neuchâtel YS. «Pour l'instant, rien n'est vraiment décidé. Nous n'avons signé aucun accord de collaboration avec Berne ni avec un autre club. Nous voulons étudier la question à fond et ne pas partir tête baissée.»

Rappelons que la Ligue suisse a demandé à Neuchâtel YS de créer une SA avec 100 000 francs de capital-actions et 144 000 francs de fonds propres d'ici le 31 mai. Il s'agira aussi de former une équipe et les tractations ne sont pas très avancées. «Nous n'avons pris contact avec aucun de nos joueurs» certifie Pierre-Alain Schenevey, qui a reçu des offres de quelques joueurs suisses et étrangers. «Nous craignons d'ailleurs de perdre quelques éléments à cause de ce retard, mais nous ne voulons pas formuler des offres tant que nous n'avons rien décidé concrètement à propos de notre promotion. Nous sommes confiants à ce sujet, mais nous préférons rester prudents.» L'expérience de la dernière saison, catastrophique, en LNB (1991-1992) a laissé des traces...

Concernant les finales suisses, les dirigeants neuchâtelois ne semblent pas trop exigeants. «Je ne sais pas si nos joueurs auront encore la force de se battre pour le titre national» livre Pierre-Alain Schenevey. «Nous espérons juste qu'ils feront honneur à notre titre romand ce soir après avoir reçu la coupe.» Espérons qu'elle ne soit pas pleine... / JCE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias