Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Neuchâtel sera davantage inclusif à l’égard des personnes vivant avec un handicap

Un préposé, une commission et un organe d’examen des plaintes devront veiller à ce que le canton de Neuchâtel soit davantage inclusif à l’égard du handicap. Un «changement de paradigme» attendu depuis des années par les concernés.

26 févr. 2021, 18:07
La Loi sur l’inclusion et l’accompagnement des personnes vivant avec un handicap devrait passer devant le Grand Conseil neuchâtelois après les élections d’avril 2021.

Le Canton de Neuchâtel veut devenir davantage inclusif en adaptant sa législation en matière de handicap. Le conseiller d’Etat chargé de la justice Alain Ribaux a présenté ce vendredi un projet de «Loi sur l’inclusion et l’accompagnement des personnes vivant avec un handicap» (LIncA).

Le texte institue un poste de préposé à l’inclusion et d’une commission consultative. Il exige aussi la définition d’un plan d’action. En outre, une commission des plaintes examinera les constats d’inégalités ou de discrimination. Coût envisagé: 190 000 francs pour le bureau du préposé, et 100 000 francs supplémentaires pour des projets.

Des engagements internationaux

Ce dispositif correspond aux exigences de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) ratifiée par la Suisse en 2014. Celle-ci institue un «changement de paradigme» que Magali Hanselmann, nouvelle cheffe du Service d’accompagnement et d’hébergement de l’adulte (SAHA), décrit ainsi: «Il ne s’agit plus de se focaliser sur une...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias