Touwongka joue en «pro» au Festival d'Avignon

Jacint Margarit, Floriane Iseli et leurs camarades ont formé à Paris une troupe professionnelle de comédie musicale et présentent «Touwongka» en première de la nouvelle version jusqu'au 28 juillet au Festival d'Avignon. Ça va fort pour nos Montagnons exilés à Paris. Jacint Margarit, Floriane Iseli et les autres
07 juil. 2007, 12:00

jouent «Touwongka» nouvelle version au Festival d'Avignon, jusqu'au 28 juillet. Ils donnent des représentations tous les jours sur la scène off du théâtre du Lucernaire, assorties de grandes parades à travers Avignon.

Et, toute dernière nouvelle, ils viennent de gagner un prix de 4000 euros lors d'un concours d'aide à la création. Le festival compte 600 créations, donc même si tous les dossiers n'ont pas été envoyés, c'est assez gratifiant!

«Touwongka», ce spectacle qui lutte pour la non-violence et le droit à la différence à travers une pléiade d'animaux divers, avait tourné quatre ans en Romandie et en France voisine. Puis la troupe avait monté les comédies musicales «Ratpsody» et «Pirates», toujours avec le même noyau de comédiens, danseurs et chanteurs. Floriane Iseli et Jacint Margarit sont montés à Paris en septembre 2005, rejoints par Adrien Gygax, Esther Terraz, Melina M'Poy, la régisseuse locloise Valérie Brasey...

De fil en aiguilles, «nous avons créé une troupe de comédie musicale, la première troupe suisse professionnelle, dans le sens où on essaie d'en vivre sans faire autre chose à côté», expliquent-ils. C'est cette troupe d'une dizaine de membres, y compris quatre amis recrutés à Paris, qui joue à Avignon. Avec la pub que cela lui fera - 6000 professionnels viennent voir les spectacles - la troupe espère bien pouvoir tourner «Touwongka» en Suisse et en France, aussi bien pour le tout public que pour les écoles.

Une troupe qui est désormais sur orbite. Ses comédiens brilleront sous les feux de la rampe: la Chaux-de-Fonnière Melina M'Poy a été sélectionnée après casting «sur 6000 ou 7000 personnes!» pour jouer à Paris dans l'immense show «Le Roi Lion» qui se produit actuellement à Broadway et à Londres. Et deux autres comédiens joueront dans «Un violon sur le toit». Excusez du peu.

Jacint et Floriane se plaisent à Paris. Ils habitent près du pont Mirabeau, «mais on a toujours le c?eur accroché à nos sapins». D'ailleurs, ils reviennent régulièrement dans le Haut pour donner des stages. Et s'ils sont allés dans la Ville Lumière, ce n'est pas par gloriole, mais pour se former, acquérir de l'expérience, et vivre des moments de partage avec des gens qui ont la même passion. «On n'a pas envie d'être à Star Ac'. C'est vraiment pour faire de la création, pour dire quelque chose, et pas pour nous mettre, nous, en valeur.»

L'avenir? Cela pourrait être de rapatrier la troupe Touwongka, avoir une école de comédie musicale. «Le retour, on y réfléchit vraiment. L'an prochain se passera à chercher des locaux dans la région. Qu'on puisse dans l'absolu trouver notre propre théâtre. Dans le canton si possible. Et puis on aime bien le Haut...» / CLD