Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Leçon concrète d?écologie

«Une bonne nouvelle!». Florence Pescante a le sourire aux lèvres. Rue de l'Hôtel-de-Ville, à l'endroit de l'arrêt de la Cluse, s'offrira bientôt l'abribus tant attendu. Passage obligé des enfants de quartiers de l'Orée-du-Bois, des Prés-Verts et du Cerisier, l'arrêt n'offre aucun couvert aux écoliers, contraints durant l'hiver de patienter sur le tas de neige qui l'ensevelit.

08 nov. 2006, 12:00
Contrepartie publicitaire

«Au vu des difficultés financières de la ville, cette dépense est sans cesse reportée», s'était insurgée Florence Pescante. Inquiète, cette mère de famille décidait début septembre de faire appel à la générosité de donateurs privés (lire notre édition du 7 septembre dernier)

Moins de deux mois plus tard, une solution a été trouvée. Active dans les actions sociales ayant trait à l'enfance, la société La Table ronde a proposé au conseil communal une enveloppe de 5000 francs pour la réalisation de la structure.

«Nous sommes bien contents que cela se réalise, a confié Laurent Iff, président de la société. Quand on a vu les photos, pour dire qu'on est près d'un collège, nous avons trouvé ça assez problématique... L'investissement entrait dans le cadre des montants qu'on peut allouer. Et au niveau de l'image, c'était intéressant d'apparaître comme unique sponsor», relève-t-il.

Reste encore à définir la contrepartie de ce financement pour La Table ronde. «S'il y a de la publicité, nous pourrions en retoucher une partie pour nos actions sociales», imagine Laurent Iff.

Interrogé à ce sujet, le président de la Ville, Pierre Hainard, n'y voit personnellement pas d'inconvénient. «S'il n'y a pas d'exclusivité de la Société générale d'affichage (SGA), on pourrait imaginer faire de la pub pour financer les actions sociales de cette société. Dans la mesure où ces publicités restent dans des limites raisonnables», précise-t-il.

L'abribus devrait être livré pour la fin de l'année. Aux Travaux publics, l'ingénieur communal Jean-Claude Turtschy indique que, à ce jour, «les plans de l'abri ont été dressés par l'architecte communal. Ils sont soumis actuellement aux Services industriels qui doivent se prononcer sur des câbles et une armoire électrique qui se trouvent à cet endroit. Les dimensions de l'abribus doivent être adaptées aux installations.»

La procédure suivra ensuite son cours avec l'habituelle mise à l'enquête simplifiée.

«On essaie de prendre de l'avance au maximum. Pour gagner du temps, on va essayer de construire les fondations pendant la consultation. Ensuite, le reste des travaux pourra être exécuté même s'il y a de la neige.»

Au chapitre du coût, «on fera avec les moyens du bord.» Le don de 5000 francs de La Table ronde permettra de couvrir les frais de matériel. Quant au personnel de la voirie, il sera mis à disposition par la commune. On estime le coût des abribus réalisés auparavant par la SGA entre 25.000 et 30.000 francs. La structure installée à la Cluse sera beaucoup plus légère, mais novatrice. «Ça devrait être assez joli.» / SYB

Votre publicité ici avec IMPACT_medias