Le temple du Locle devrait s'offrir un nouveau lifting à 270 000 francs

Demain soir, le Conseil général du Locle se prononcera sur une demande de crédit de 270 000 francs pour continuer de rénover le temple. Le Conseil communal du Locle souhaite effectuer des rénovations sur le temple. En conséquence, il a rédigé un rapport au Conseil général, qui appuie une demande de crédit pour la réfection des façades, des murs intérieurs et de la tour du clocher.

15 avr. 2008, 12:00

Selon l'exécutif, «ces travaux sont la suite logique de la rénovation de ce bâtiment». En novembre 2006, le Conseil général avait accepté un crédit pour la réfection et l'aménagement du parvis du temple. Ces travaux ont été réalisés en 2007. Selon le rapport, «la réfection des façades et de la tour du clocher permettra une meilleure mise en valeur du temple, bâtiment d'importance de par sa situation au centre-ville et son ancienneté». Le temple fut construit en 1506 et sa tour en 1520. Il fut démoli puis entièrement reconstruit, à l'exception de la tour restée en place, en 1758. Les dernières rénovations effectuées sur la tour datent de 1974 et celles des murs intérieurs de 1934. Pour les façades extérieures, le Conseil communal précise qu'il a simplement retrouvé un rapport de 1928, indiquant qu'elles ne présentaient rien d'anormal et que leur état d'entretien était satisfaisant.

Le coût total des travaux devrait s'élever à 270 000 fr. et comprendrait notamment le lavage et la réfection des façades du corps principal, la réfection de la peinture des murs intérieurs et la mise en place de l'éclairage des façades, sur le modèle de celui réalisé autour de la place du 1er-Août.

Le rapport précise: «L'Eren (réd: l'Eglise réformée neuchâteloise) sera informée de la mise en place des travaux et un concept d'information hebdomadaire sera mis en place afin d'éviter des perturbations lors d'activités culturelles, plus particulièrement lors des services funèbres qui se déroulent au temple.»

Tous les travaux prévus ont été présentés à l'Office cantonal de la protection des monuments et des sites. Ils seront réalisés en collaboration avec celui-ci et avec l'appui technique d'un restaurateur d'art spécialisé dans ce type de bâtiment. / MAD